Lutte contre la corruption et l’enregistrement illicite: La société civile sur le front

1
Pour partager les résultats de l’étude sur l’état des lieux de la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite au Mali, la Coalition des organisations de la société civile pour la lutte contre la corruption et la pauvreté (COSCLCCP) a tenu, courant semaine dernière, à la Maison de la presse, une conférence de presse animée par le président de ladite coalition, Souleymane Dembélé. Celui-ci a, d’abord, mis l’accent sur les facteurs qui sont à la base de la corruption, à savoir l’impunité, la perte des valeurs sociétales, la dégradation des mœurs et la méconnaissance des droits et devoirs. «Il est vraiment temps que les organisations de la société civile (OSC) se donnent la main pour combattre ce phénomène. Nous ne devons pas être de simples spectateurs, nous devons agir. Pour que le développement soit au rendez-vous, nous devons plus que jamais nous unir afin d’éradiquer le fléau» a exhorté Souleymane Dembélé. Pour bannir le phénomène dans notre pays, le président de la Coalition des OSC a demandé à l’Etat d’être rigoureux face aux cas de corruption. Il a aussi conseillé aux citoyens de chercher à comprendre les conséquences de la corruption et d’atténuer la pratique. Dans son intervention, le secrétaire général de la Coalition des OSC a souligné que dans le dernier trimestre de l’année 2017, l’ONG AFA, en partenariat avec le Réseau réussir la décentralisation au Mali (RLD), a mené, dans le cadre de la mise en œuvre du projet : «Actions concertées pour la lutte contre la corruption au Mali», une étude sur la corruption au Mali. A en croire le conférencier, l’étude visait à faire l’état des lieux de ce phénomène en mettant un accent particulier sur la problématique de l’implication des OSC. « Cette étude qui a concerné toutes les régions du Mali, nous a permis entre autres, d’identifier les différents acteurs de la lutte contre la corruption, d’avoir une conception de cette lutte mais surtout de voir les faiblesses. Honnêtement, nous sommes très satisfaits du résultat de l’étude car elle constitue, désormais, pour nous un outil de travail », a indiqué Hamèye Sekou Diallo. Il a ajouté que l’étude a permis à son organisation d’avoir un plan d’action, une charte de fonctionnement qui nous permettent d’évoluer tranquillement vers notre objectif» a-t-il expliqué. S’exprimant sur les attentes de son regroupement, il a évoqué l’appui de la presse en termes de sensibilisation des acteurs et de la population afin qu’il y ait un changement de comportement. «Ce n’est pas impossible de lutter contre la corruption. L’argent détourné pouvait servir à une meilleure éducation des enfants, à leur santé, au développement des infrastructures et services sociaux de base», a expliqué Hamèye Sékou Diallo. La Coalition des OSC est une initiative de l’ONG AFAD en partenariat avec RLD et sur financement de la Société porte ouverte sur l’initiative de l’Afrique de l’Ouest (OSIWA). Depuis sa création, elle a réalisé plusieurs activités dont la formation des artistes et des hommes de médias dans la croisade contre la corruption et le contrôle citoyen de l’action publique. Elle a également formé ses membres dans le plaidoyer. Mamadou Dolo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here