Commerce : Le Port autonome d’Abidjan à la (ré) conquête du Mali

25
Le chef de Cabinet du ministère des Transports ivoirien, Benjamin Soro, à la tête d’une importante délégation de la communauté portuaire de la Côte d’Ivoire a séjourné à Bamako, du 25 au 27 avril derniers. Objectif ? Echanger avec les opérateurs économiques maliens, importateurs et transporteurs, en vue de présenter les grandes innovations et les perspectives en cours pour faire du port autonome d’Abidjan une référence internationale… Au-delà, le port autonome d’Abidjan veut revenir en force au Mali. Rato Moto Cette rencontre s’est déroulée, le vendredi 27 avril dernier, à l’hôtel Radison Blu. Outre Benjamin Soro, représentant du ministre ivoirien, l’événement enregistré la présence du Dg du port autonome d’Abidjan, Yacouba Hien, le président du Conseil malien des chargeurs, Ousmane Babalaye Dao, ainsi que de nombreux opérateurs économiques maliens, chargeurs, importateurs et transporteurs. Qualifié d’outil de développement au service des économies sous-régionales, le port d’Abidjan traite annuellement plus 2 millions de tonnes de marchandises pour les pays de l’hinterland… A travers cette mission, les cadres du port d’Abidjan souhaitent convaincre les opérateurs économiques maliens sur la normalisation de la situation en Côte d’Ivoire depuis la fin de la crise… En effet, avant la crise ivoirienne, le PAA était le port le plus fréquenté par les pays de l’hinterland dont le Mali. Mais, pour des raisons sécuritaires, une grande partie des importations maliennes ont arrêté leurs activités à Abidjan. Pour le président du Conseil malien des chargeurs, Ousmane Babalaye, cette rencontre était nécessaire vu le niveau de baisse des importations maliennes vers la Côte d’Ivoire. « Cette rencontre vise à évaluer nos relations avec nos partenaires des pays côtiers. Aujourd’hui, nous avons le port d’Abidjan, demain ça sera un autre port… Nous sommes en mesure de voir parmi ces pays-là, quel est pays qui nous offre les meilleures conditions pour faire transiter notre marchandise. Nos hôtes ivoiriens nous ont fait une proposition qui nous a été faite nulle part ailleurs… », a-t-il affirmé. Le représentant du ministre ivoirien, Benjamin Soro s’est réjoui de l’accueil des Maliens, avant de souligner que le PAA est le port naturel du Mali. Il a exprimé la volonté des autorités ivoiriennes à ne ménager aucun effort pour soutenir les actions de la communauté portuaire. Le directeur général du PAA, Yacouba Hien a indiqué que sa direction générale a initié, depuis 2012, un ambitieux programme d’investissements qui a pour objectif de permettre au PAA d’être compétitif en termes d’infrastructures et de la qualité des prestations. « Ce programme est axé sur l’élargissement et l’approfondissement de la passe d’entrée du canal de Vridi ; la construction d’un second terminal à conteneurs couplé avec la création d’un terminal Roro ; la modernisation du port de pêche, la création de terrains supplémentaires par remblaiement de la baie lagunaire de Bridi-Biélty pour l’implantation de nouvelles unités industrielles et la construction d’un pont reliant la zone portuaire à la commune de Marcory (…) Ce programme qui couvre la période 2012-2019, devra coûter plus de 760 milliards de FCFA à l’Etat ivoirien », a précisé Yacouba Hien. Mohamed Sylla Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here