Assassinats : le règne de l’impunité

18
Le Mali qui occupait le 116ème rang sur 180 pays classés, a grimpé d’un petit cran pour se stagner 115ème. C’est le résultat d’une absence totale de politique de promotion, de sécurisation et de protection de notre presse, qui plus est confrontée à des sanctions économiques, pour le seul crime d’avoir un son de cloche qui fait la différence avec la gazette du palais. De la sanction économique à l’ostracisme et autres. Ce classement ne montre pas assez l’environnement peu enviable de l’exercice de la profession au Mali. au Classement mondial de la liberté de la presse 2018 Bien que les atteintes à l’encontre des journalistes aient diminué, la liberté de la presse demeure fragile au Mali. Plus de quatre ans après l'assassinat des deux journalistes de RFI à Kidal, l’enquête peine à progresser. Depuis la crise de 2013, le nord du pays demeure une zone dangereuse et peu accessible comme en atteste la prise d’otages de journalistes de l’Office de radiodiffusion télévision du Mali (ORTM) par un groupe touareg en 2014 et le meurtre d’un journaliste à Tombouctou en 2015. Les médias maliens sont soumis à des pressions officielles sur les questions traitant de la sécurité. Toute critique de l’armée peut conduire à une arrestation et à une inculpation “d’atteinte aux moeurs et de propos démobilisateurs de troupes”. Lors de la prise d’otages au Radisson Blu de Bamako en 2015, la chaîne nationale avait choisi de diffuser des séries télévisées. Même si la presse malienne jouit d’un grand pluralisme, elle souffre d’un manque cruel de moyens et peine à s’affranchir des diktats éditoriaux de ses promoteurs. Des sujets restent tabous: deux journalistes d’investigation avaient été menacés, en juin 2017, pour avoir révélé l’implication de trois hauts dignitaires de la Conférence épiscopale du Mali dans une affaire d’évasion fiscale. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here