L’insalubrité de la Grande Mosquée de Bamako : Bazoumana Fofana évoque l’incompétence des gestionnaires de la Mosquée

10
L’opérateur économique Bazoumana Fofana déplore l’insalubrité de la Grande Mosquée de Bamako en général et ses toilettes en particulier. Et ses détracteurs l’accusent d’être l’auteur de cette insalubrité. Pour mettre la lumière sur cette affaire, Bazoumana Fofana a écrit aux autorités compétentes à travers une lettre d’information dans laquelle il expose les faits. Dans cette lettre il rappelle aux autorités l’injustice qu’il subit aujourd’hui face à l’insalubrité de la Grande Mosquée et ses toilettes. D’entrée de jeu, le sieur Bazoumana Fofana, opérateur économique de son état déplore l’insalubrité de la Grande Mosquée de Bamako et ses toilettes, don de l’Arabie Saoudite, par l’incompétence de ses gestionnaires et leur manque de stratégies pour avoir les ressources financières pour faire face aux besoins inhérents de son assainissement. Au dire de Bazoumana Fofana, c’est l’Imam de la Grande Mosquée de Bamako en la personne de Koké Kallé et son équipe qui ne jouent pas leur rôle pour assainir ce lieu saint de l’islam. En effet, dans cette affaire ils accusent Bazoumana Fofana comme étant la cause de l’insalubrité de la Grande Mosquée et ses toilettes, sous prétexte qu’il gagne beaucoup d’argent sur l’annexe qu’il a construit en bail. Et pourtant, si nous analysons les choses cette accusation ne tient pas la route. Bazoumana Fofana a construit l’annexe 2 en contrat de bail pour sauver ce lieu à l’époque contre les bandits tous azimuts et non pour prendre en charge l’assainissement de la Grande Mosquée qui ne l’incombe pas. Par ailleurs, ce qu’il faut retenir ce que l’annexe 1 construite par l’Arabie Saoudite devrait contenir les besoins de la Grande Mosquée dont son assainissement et celui de ses toilettes. Mais pour ce faire, le vieux Bazoumana Fofana avait aussi instruit les stratégies pour moderniser ladite annexe afin qu’elle puisse générer plus de 10 millions de franc CFA au lieu de 510 000 f CFA. «Si nous ajoutons à tout cela, les recettes provenant des installations des opérateurs économiques qui l’entourent, les fonds peuvent atteindre 15 millions de franc CFA par mois dont le tiers seulement peut couvrir tous les besoins financiers de la Grande Mosquée et ses toilettes », édifie Bazoumana Fofana et de renchérir que le reste des fonds peut être utilisé pour la création d’une agence de micro-finance islamique pour la réalisation de différents projets pour le pays et particulièrement pour les jeunes de Bagadadji, de Niaréla, de Bozola et de Quinzambougou, qui se morfondent dans le chômage. A ses dires, ni l’État ni les responsables de la Grande Mosquée n’ont rien fait pour créer des ressources afin de faire face aux dépenses de la Mosquée. Pour lui, il est honteux, incompréhensible et inadmissible qu’un pays et sa population de 95% de musulmans ne puisse assainir une Grande Mosquée moderne, don de l’Arabie Saoudite. Pour Bazoumana Fofana, c’est aussi inacceptable après ce don que les gestionnaires de la Grande Mosquée quémandent encore de l’aide à l’Arabie Saoudite généreux donateur pour le simple renouvellement des tapis de prière ainsi que l’entretien de la Grande Mosquée et ses toilettes. En outre, on peut dire sans se tromper que si rien n’est fait pour régler cette situation ce lieu saint risquerait d’en pâtir. Alors, il est aujourd’hui souhaitable qu’au lieu d’accuser ce richard, ses détracteurs doivent s’inspirer des stratégies planifiées par lui et cela pour leur propre intérêt. M.L. KONE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here