IBK lève le suspense sur sa candidature avec des regrets : «Je suis disponible pour poursuivre avec vous… » «Beaucoup (…) se retirent piteusement une fois rassasiés»

22
Après plusieurs concertations, la CMP a sollicité et obtenu la candidature d’IBK à la présidentielle de 2018. C’était à la faveur d’une rencontre, le samedi 5 Mai, au Palais de Koulouba. Improvisée selon toute vraisemblance, ledit conclave a été l’occasion pour les membres de la CMP de présenter à leur hôte une Plateforme d’Alliance Électorale et Politique où les signataires expriment leurs satisfactions par rapport au bilan d’IBK qu’ils ont jugé hautement positif. Le président sortant et non moins mentor, à leurs yeux, mérite par conséquent de poursuivre son œuvre de redressement. Après avoir maintes fois retenu sa réponse à d’autres occasions similaires, IBK, à 24 heures d’une rencontre déterminante entre Dioncounda et l’Adema, a choisi cette fois de crever l’abcès en affichant sa «disponibilité » à poursuivre avec eux ce qu’ils ont fait ensemble. Et de laisser entendre qu’il ne saurait refuser. «Dès lors que le peuple qui m’a porté là où je suis revient avec le même dessein, je ne peux que m’y soumettre », a-t-il justifié, en ajoutant qu’il est militant discipliné. En présence du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga et du président Bocari Treta et leur suite, le président IBK ne s’est pas arrêté en si bon chemin. En plus d’avoir confié à ses interlocuteurs n’avoir aucun complexe par rapport à son bilan, le chef de l’Etat n’a pu se retenir de fustiger ceux qui manquent à l’appel à la fin du banquet. Déplorant que des partis membres de la CMP «hésitent à s’approprier le bilan à l’heure de reddition des comptes», ils les a tacitement qualifiés de compagnons perfides n’ayant quitté le plat qu’au moment de laver la vaisselle. «Le pays connaît une situation riche d’enseignements. Beaucoup accourent quand le plat est servi et une fois bien rassasiés se retirent piteusement», s’est indigné le président devant une audience où la Codem, l’Adema, le Mpr et l’Udd n’étaient pas visibles. Qu’à cela ne tienne, pour officialiser la déclaration de sa candidature, les caciques du parti présidentiel ont convergé massivement, hier dimanche 6 Mai, au Palais de la Culture Amadou Hampaté Ba, sous l’égide de leur président le Dr Bokari Tréta. Des ministres, des députés, des maires et conseillers de la CMP ont pris part à la grande jubilation, en présence des trois familles fondatrices de Bamako et de leaders religieux et de responsables d’association et de mouvement acquis à la réélection du président sortant. Les femmes des mouvements séparatistes de la CMA et de la Plateforme ont aussi tenu à venir témoigner leur adhésion à la réélection d’IBK. Cette mobilisation, selon le président du RPM et de la CMP, témoigne de l’engagement de tout ce beau monde dans l’honorable combat qu’ils mènent ensemble pour la renaissance de la nation malienne. Et pour rassurer le candidat déclaré, il a mis en avant un bilan éloquent du RPM depuis le 4è congrès, avec la poursuite, par le BPN-RPM, de l’implantation et de la redynamisation du parti présidentiel dans la droite ligne des grandes résolutions issues desdites assises. La disponibilité d’IBK étant acquise, le président de la CMP a invité ces militants à œuvrer pour la victoire dès le premier tour. «Nous avons accueilli cette déclaration avec satisfaction et la certitude qu’il nous amène à une victoire certaine », a déclaré pour la circonstance le président des Tisserands en expliquant le suspense par le respect de la rigueur constitutionnelle. En effet, selon la constitution, tant que le Collège électoral n’est pas convoqué, nul n’a le droit de se mettre en campagne sur quoi que ce soit. Le président de la CMP estime par ailleurs que la candidature du président de la République sortant repose sur un bilan jugé positif qu’il a ainsi résumé : ses deux signatures de l’Accord de paix issu du processus d’Alger, croissance annuel de 6%, amélioration des conditions de vie des travailleurs, 3è rang des économies de l’UEMOA, etc. Pour lui, ces résultats sont d’une grande portée quand on les décrypte à la lumière des conditions dans lesquelles IBK a accédé au pouvoir en 2013, avec un pays sous le coup de l’insécurité ayant affaibli l’Etat voire remis en cause son existence. Désormais bien doté en matériels et équipements, les Famas font face à leur devoir avec des victoires pour venir à bout du terrorisme. Le Mali vient de loin, mais il ira encore plus loin en faisant confiance à IBK, a martelé Tréta avant d’inviter les militantes et militants des partis membres de la CPM et tous les patriotes du Mali à se mettent en mission pour que dès le premier tour la victoire soit possible. Amidou Keita Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here