Opérationnalisation du MOC de Kidal et processus électoral : La sentinelle de la MINUSMA!

22
La Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) a animé son traditionnel point de presse, le jeudi 10 mai à son siège sis à Badalabougou. Pour l’occasion, c’est Martin Nadon, Directeur de la Division des Affaires Electorales qui a entretenu la presse sur l’appui technique et logistique de la Mission au processus électoral, en soutien aux autorités maliennes. Cette conférence, en plus de l’appui technique et logistique de la MINUSMA au processus électoral a été l’occasion pour Olivier Salgado, porte-parole de la MINUSMA d’évoquer, la lancinante question portant sur l’opérationnalisation du Mécanisme Opérationnel de Coordination dans la région de Kidal. Auparavant, le conférencier a tenu à faire une brève présentation des activités de la mission dans les semaines écoulées dans le pays. Concernant la mise en œuvre du MOC à Kidal, il dira que la ville à enregistré son premier contingent le 7 mai passé, composé de 17 éléments issus de chacune des trois parties signataires de l’accord. Le MOC, selon lui a pour objectif d’instaurer un climat de confiance entre l’armée malienne et les groupes armés signataires. Ce mécanisme est donc chargé de planifier, de vérifier et de conduire les patrouilles mixtes incluant des éléments des FAMAS, des éléments de la CMA et de la plateforme. A cet effet, la MINUSMA a facilité l’arrivée à Kidal des éléments de chacune des parties signataires. Lors de ce point de presse, par vidéoconférence les journalistes ont reçu en direct depuis Kidal le commandant adjoint de la Force Générale Amadou Kane, pour parler du lancement officiel du MOC de Kidal déroulé le jeudi dans la matinée. Selon le Gal Kane ce lancement du MOC à Kidal fut une belle fête, même si elle était sobre. Il dira que les populations ont apprécié le lancement du MOC qui leur redonne de l’espoir. Appui au processus électoral ! Par rapport à l’appui de la MINUSMA au processus électoral, l’invité du jour, Marti Nadon, dira que l’appui de la mission se fait sur deux axes. Le premier axe est celui politique, respectant les exigences de la résolution 2364 du Conseil de Sécurité. Une résolution qui dit que le Représentant spécial du Secrétaire général a pour rôle d’user de ses bons offices sur la question électorale et particulièrement d’encourager les initiatives visant à faciliter la tenue d’élections pacifiques, ouvertes à tous, régulières et transparentes. Le deuxième axe de cet appui est l’aspect technique. Selon le Directeur de la Division des Affaires Electorales de la MINUSMA, la mission onusienne va appuyer le Mali dans l’organisation de l’élection du 29 juillet et les scrutins qui vont suivre de façon tangible, conformément aux dispositions de la résolution 2364 du Conseil de Sécurité. Il dira que cet appui technique se fera à plusieurs niveaux. Notamment, au niveau logistique, ou la MINUSMA entend mettre à contribution sa flotte pour le transport de bulletins de vote, des listes électorales, des responsables et personnels électoraux de Bamako aux chefs-lieux des régions du nord et du centre, des chefs-lieux vers certains cercles difficiles d’accès. Au niveau du renforcement des capacités, il y’a eu le recrutement de 15 agents par la Mission auprès des Gouverneurs des régions du Nord et de Mopti en appui à la révision exceptionnelle des listes électorales, qui vont être renforcés à l’approche des scrutins en nombre et en équipement. Par rapport au niveau sécurisation du processus électoral, M. Nadon affirmera que la MINUSMA, à travers ses sections de la Division électorale, de la Force et de la Police onusiennes apporte une assistance aux forces de défense et de sécurité maliennes en vue de la production du Cadre d’ordre national de sécurisation et du Plan opérationnel de sécurisation du processus électoral. Et de préciser que la sécurisation des élections n’est pas sous la responsabilité de la MINUSMA, mais sous la responsabilité des autorités nationales et des forces de sécurité maliennes. Enfin, le chargé des Affaire Electorales dira qu’un appui est également accordé au niveau des associations de la société civile dans toutes ses composantes. Et dans le cadre de la prévention des violences et conflit liés aux élections, depuis novembre 2016, la mission finance et accompagne la mise en œuvre, à travers un consortium d’organisations de la société civile locale afin d’établir un mécanisme de prévention des violences liées aux élections dans les 10 régions du Mali. Par Jean Joseph Konaté Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here