Précampagne electorale en 3ème région : Aliou B. Diallo se confie et s’enquiert des préoccupations quotidiennes des populations

10
Pour redonner espoir au peuple, lutter efficacement contre les maux qui minent la vie de la nation, Aliou Boubacar Diallo a accepté d’être candidat de son parti en mars dernier à Nioro du sahel. Président d’honneur d’ADP-MALIBA, il a du coup décider de faire le tour du Mali pour se confier au peuple. Aussi, profiter de cette occasion pour s’enquérir de leurs préoccupations quotidiennes et les recenser pour étoffer son projet de société pour le nouveau Mali. D’où une visite dans la région de Sikasso du 10 au 12 Mai en compagnie du président du parti l’Honorable Amadou Thiam, la présidente des femmes, le président des jeunes et une forte délégation. Rato Moto A quelques encablures de la date indiquée par les autorités pour le 1er tour 29 Juillet, les potentiels candidats se mettent en ordre de bataille. C’est ainsi que l’un des favoris incontestés de cette joute présidentielle, Aliou Boubacar Diallo a pris son bâton de pèlerin pour sillonner le pays. Il s’agit pour lui et son parti de voir, d’observer, d’écouter et de recenser pour établir un projet de programme consistant et qui puisse pouvoir résoudre les problèmes des Maliens. Problèmes qui se résument aux manques : d’infrastructures routières et de santé, d’école, d’eau, d’électricité. Aussi, l’emploi des jeunes en un mot aucune perspective d’avenir. Voici grosso modo, les problèmes soulevés par les intervenants à Zantiébougou, Kolondiéba, Koumantou, Niéna, Loulouni, Kadiolo, Sikasso et Bougouni. Les campagnes n’étant pas ouvertes, comme indiqué par le président Thiam et le candidat Diallo, l’heure n’est pas aux promesses ni à des divulgations de stratégies. Mais, il s’agit de faire des constats, des remarques, des réflexions, des concertations pour qu’ensemble des solutions idoines puissent être trouvées aux problèmes qui sont posés. Déjà, il ressort des interventions que les populations ont confiance à Aliou Boubacar Diallo. Ils estiment le connaître à travers des actions et des actes qu’il a posés pour les soulager. Ils soutiennent unanimement que c’est un philanthrope qui, sans nul doute, aura leur quitus pour les 5 ans à venir pour sortir le Mali du bourbier. En effet, le président Thiam, très en verve, tout en rendant grâce à Dieu et au prophète (PSL) a toujours remercié les intervenants. Il les a encouragés à persévérer et à ne pas céder aux cris des sirènes car de l’indépendance à nos jours, ils ont entendu, vu et testé. Alors, faut-il continuer à faire confiance aux marchands d’illusion ? La réponse, dit-il, est en train vos mains le 29 juillet en sortant massivement pour voter. “Après qu’IBK et ses sbires aient fait basculer notre pays dans l’incertitude, dans l’indignité, voire au bord du précipice, l’heure est venue de les faire dégager du pouvoir. Alors, il faut l’alternance politique avec du sang neuf. Qui donc mieux qu’Aliou Boubacar Diallo richissime opérateur économique pour booster l’économie du Mali, mettre fin au chômage et à la délinquance financière, à la gabegie et au népotisme, au chômage des jeunes, à la crise d’eau et à l’absence d’électricité, etc. “, dixit l’Honorable Amadou Thiam, président actif du parti. Rendant grâce à Dieu et au prophète (PSL), aux parents, érudits et tous les croyants, le candidat Aliou Boubacar Diallo indique d’emblée : “Nous ne sommes pas en campagne. Les campagnes sont ouvertes officiellement par les autorités.” Après les salutations d’usage, il rappelle : “Aller à la Mecque peut absoudre les péchés mais il ne fera pas changer les caractères surtout mauvais de qui que ce soit…”. Comme pour dire qu’il ne s’agit pas de 7, il faut faire 100 tours de la Mecque, cela ne sert à rien. L’homme, c’est la foi et celui qui a cette bonne foi se met à la disposition des autres. Il ne cherche pas à les nuire, il ne vole pas, il ne ment pas, il ne déshonore pas, il tient à sa parole d’honneur. En effet, le probable futur président du Mali indique : “Le Mali est loin d’être un pays pauvre, il est seulement mal géré. Je connais Sikasso mais ce que j’ai vu et entendu est sidérant. Sikasso est une zone par excellence où tout peut réussir et où tout doit réussir. Elle peut être la locomotive du développement du Mali afin que le Mali redevienne le grenier de l’Afrique. Je ne vous promets rien mais je suis venu vous rencontrer, me confier à vous, m’enquérir de vos problèmes au quotidien, les recenser et enfin qu’ensemble nous puissions trouver des solutions appropriées. Il s’agit de les insérer dans notre projet de société que nous vous présenterons pendant les campagnes électorales de juillet prochain. Tout en vous renouvelant mes salutations distinguées, je vous demande à faire attention aux fausses promesses. Depuis l’indépendance à nos jours, vous avez entendu, vu. N’est-il pas temps de faire confiance qui n’a jamais émargé au Mali ! N’est-il pas opportun d’ouvrir les yeux et faire confiance à ceux qui veulent vous aider sans intérêt que le Mali ! Je pense que personne n’est plus dupe de se faire détourner par des paroles mielleuses, à des promesses non tenues. Alors, ensemble prions pour le Mali éternel, battons-nous pour le Mali éternel et que Dieu et son prophète (PSL) puissent exaucer nos vœux.” Après cette tournée avec le candidat du peuple comme l’a dit Ahmadou Sidibé, Enseignant et membre du parti Fare qui dit que toute sa famille et toutes ses connaissances voteront Aliou, il y a un constat qui s’impose. L’heure est venue de faire autrement la politique. L’heure est venue que les hommes politiques s’autocritiquent pour dire qu’ils ont échoué. Alors, s’ils ne peuvent pas soutenir Aliou dans sa démarche pour sauver le Mali qu’ils s’abstiennent. Mais, la vérité appartient au peuple qui est appelé à décider le 29 juillet. La déferlante qui est très visible partout au Mali sera salutaire pour un nouveau Mali avec Aliou Boubacar DIALLO. Boubacar DABO Envoyé spécial Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here