Transhumance ou opportunisme ? Jeamille Bittar, l’illusionniste de la scène politique malienne

10
Du PDES au MC-ATT, en passant par l’UMAM, Jeamille Bittar était l’un des fervents soutiens d’Amadou Toumani Touré jusqu’à sa chute, après le coup d’Etat du 22 mars 2012. Traité avec dédain par l’actuel Président de la République, l’ancien président du Conseil Economique et Social et Culturel (CESC) est en passe de devenir le caméléon de la scène politique malienne. Invité du débat politique de Renouveau TV, Jeamille Bittar tente d’inventer une nouvelle pratique démocratique au Mali. Il dit n’être ni de gauche, ni de droite, et même pas du centre. Il n’est ni de l’opposition ni de la majorité, ou d’un autre groupement, mais il participe à toutes leurs activités. Son rêve, qui est celui de rassembler tous les Maliens au-delà des clivages politico-sociologiques, ne s’apparente-t-il pas à de l’illusion, voire à de l’opportunisme politique pur ? En réalité, Il cherche sa porte d’entrée dans le sérail du pouvoir ; c’est pourquoi il fait feu de tout bois. A la question du journaliste, « n’avez-vous pas un programme et une orientation politique incompatibles à ceux de certains candidats ? ». Sa réponse a été plus que confuse. Pour Bittar, le seul programme qui vaille est celui du Mali ; Il faut que tous les Maliens se retrouvent, majorité, opposition, centre et non-alignés, pour bâtir un pays vertueux. C’est pourquoi il a accepté d’être à la cérémonie de signature du Manifeste pour l’Alternance et le changement des partis politiques et associations opposés au régime actuel. Une semaine après cette cérémonie, M. Bittar était avec les partis de la majorité qui soutiennent le Président de la République dans sa quête d’un second mandat. Comme si cela ne suffisait pas, il devient le parrain de la Coupe du Premier vice-président de l’Assemblée Nationale, l’honorable Moussa Tembiné. Sur le plateau de Renouveau TV, l’ancien Président du CESC s’est dit défenseur de « l’idéologie ATT » qui est le consensus. La question que beaucoup d’observateurs se posent est de savoir si Bittar a véritablement une offre politique ; si oui, pourquoi court-il dans tous les sens, derrière tous les blocs politiques ? Son comportement n’a d’autre qualificatif que de l’opportunisme politique. En réalité, le nom ATT n’est qu’un fonds de commerce pour attirer le crédule. Car, le « consensus d’ATT » n’a rien à voir avec le concept que Bittar essaie d’inventer et expérimenter, à savoir être avec tout le monde sans préalables, ni critères. Le « Consensus d’ATT » était basé sur un certain nombre de valeurs que partageaient tous ceux qu’il avait fédérés, même s’il y avait parmi eux, des opportunistes de haut vol. « Regroupons-nous autour de ceux qui nous unit » était leur crédo. Le consensus façon Bittar n’a aucun fondement, puisqu’il peine à définir ce qui l‘unit à ceux qu’il courtise. En tout cas, on dit de lui qu’il est abonné à toutes les majorités. Youssouf Sissoko Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here