L’Observatoire : Luc Togo

16
La nouvelle liste de médicaments rendue publique pour être pris en charge par l’Assurance maladie obligatoire, a rencontré un large consensus car répondant aux besoins essentiels et récurrents des praticiens et des assurés. C’est donc une très bonne chose pour la Caisse nationale d’assurance maladie (Canam) dont le directeur général peut se réjouir d’être aujourd’hui à la tête d’une organisation dont l’utilité et les performances sont reconnues de tout le monde. Il suffit tout simplement de se rendre dans les centres médicaux pour constater l’engouement suscité par l’Assurance maladie obligatoire au grand bonheur des populations qui bénéficient facilement de prestations qu’elles pensaient inaccessibles, il y a seulement trois ans. C’est pourquoi, dire Djandjo à la Canam, à son personnel et principalement à son directeur général, Luc Togo, ne serait pas de trop. Raison pour laquelle, Luc Togo, Dg de la Canam, mérite un bon et majestueux coup de chapeau. Soumaïla Cissé L’honorable Soumaïla Cissé L’honorable Soumaïla Cissé L’honorable Soumaïla Cissé Nous avions lancé un véritable défi à Soumaïla Cissé, le président de l’Urd, celui de le voir réussir la grande mobilisation en mesure de remplir cet énorme espace qu’est le stade du 26 mars de Yirimadio, à l’occasion de son meeting d’investiture. Eh bien, non seulement il a relevé ce défi, dépassant même la capacité d’accueil du stade, mais il a prouvé qu’il reste le chef de file incontesté de l’opposition. Par cette démonstration de force où n’étaient présents que des militants et sympathisants (on parle de 80 mille personnes) Soumaïla Cissé annonce les couleurs : il faudra bien compter avec lui lors de la prochaine présidentielle, pour laquelle il affiche une énorme sérénité et une assurance qui réconforte ses militants et sympathisants. Raison pour laquelle, Soumaïla Cissé, affectueusement appelé Soumi champion par les membres de son parti, l’Urd, mérite bien l’un de nos deux coups de chapeau de la semaine. EN BAISSE Maouloud Ben Kattra craquant le jeune directeur général de l’Agence pour la promotion de l’emploi des Jeunes (Apej), Mahamadou Fofana comme on le ferait d’un gibier à abattre, le ministre Maouloud Ben Kattra est parvenu à ses fins. Maouloud Ben Kattra Maouloud Ben Kattra En effet, il a fait remplacer le jeune Fofana, choisi après appel à la candidature où il y avait 40 postulants, par un de ses proches qu’il a directement proposé au poste, en l’occurrence le directeur financier et du matériel de l’Apej. La décision a été entérinée par le conseil des ministres de mercredi dernier. Ce qui prouve que le gouvernement renonce de plus en plus au principe de concurrence pour les postes de directeurs généraux car au ministère de la Santé aussi, le Pr Samba Sow a fait relever des cadres choisis après appel à la concurrence pour les remplacer par des poches du Ministre. Ce qui n’augure rien de bon et à deux mois de l’élection présidentielle, ce n’est pas sans donner la nausée. Moulaye A. Boubacar Moulaye Ahmed BOUBACAR Moulaye Ahmed Boubacar Le ministre des Transports et du Désenclavement, Moulaye Ahmed Boubacar alias Baba Moulaye est épinglé dans cette rubrique pour sa gestion désastreuse du dossier des chemins de fer. Lors de son show politicien au cours duquel il avait emprunté le semblant de train qui est en fait un ancien train acheté par ATT, qui a été repeint pour le remettre sur les rails, Baba Moulaye avait rencontré la colère des cheminots à Kita dont certains s’étaient même couchés sur les rails pour dénoncer leurs conditions de travail, l’obligeant à aller à leur rencontre pour les amadouer avec des promesses, devenues vaines. Malgré la décision courageuse prise par le Premier ministre de tourner le dos à Dakar-Bamako ferroviaire pour créer une société malienne de chemins de fer, le dossier traine et pendant ce temps les cheminots sont restés cinq mois sans salaire. D’où leur mouvement d’humeur de ces derniers jours. A SUIVRE Lacine Diawara Que veut encore faire notre confrère Lacina Diawara, président du Biprem-Fasoko ? En tout cas, lui et son organisation, après être restés en hibernation pendant quelque temps, promettent un retour fracassant au-devant de la scène publique nationale, notamment avec une conférence de presse prévue ce samedi à la Maison de la presse de Bamako. Lacine Diawara, président BIPREM Lacine Diawara, président BIPREM Selon l’invitation que nous avons reçue, une importante communication d’intérêt national y sera faite, sans précision. Rappelons que chaque fois que le Biprem fait une sortie du genre, ce n’est pas pour chanter les louanges de quelqu’un ou pour faire dans la dentelle. De quoi s’agit-il donc à l’approche de la présidentielle qui devra se tenir dans deux mois ? Nous sommes bien curieux de le savoir, raison pour laquelle nous suivrons de très près Lacine Diawara et le Biprem pour ne rien rater de cet événement. Hadi Niangado Hadi Niangadou alias Djo Walaki 2e vice-président de l’AN, règle ses comptes avec Ras Bath et le ministre bathily Hadi Niangado Jusqu’où Hadi Niangado va-t-il aller dans l’opération de démantèlement de la Codem ? Il y a lieu de se poser cette question avec la vague de démisions de responsables du parti de Husseini Amion Guindo alias Poulo qui rejoignent le Mouvement pour le Mali de Hadi Niangado avec armes et bagages, accompagnés de leurs militants. Si le mouvement s’arrêtait seulement à Bamako, on allait penser à une certaine proximité des différents responsables pour faciliter pareille opération. Mais même dans les régions du pays, des organisations de base du Mouvement pour le Mali sont en train d’être implantées, parfois sur les cendres de structures de base de la Codem devenue squelettique. En tout cas, Hadi Niangado est parti très vite dans cette fronde contre Poulo, si vite que l’on pense à une affaire bien ficelée depuis longtemps. Mais attendons de voir comment tout cela va se terminer dans les prochains jours. La Rédaction Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here