« Sommet Illégal » du ROJALNU- ODD/AFRIQUE du 21 AU 25 MAI 2018 : Les membres de la Conférence des présidents se démarquent et interpellent le prési-dent du Faso Roch Marc Christian

23
Dans une lettre ouverte adressée au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, les membres de la Conférence des présidents du Rojalnu-Odd/Afrique se démarquent du « Sommet illégal » convoqué à Ouagadougou au nom du Rojalnu- ODD/Afrique du 21 au 25 Mai 2018 par Dakiri Sawadogo, ancien secrétaire exécutif de cette organisation, qui use, selon eux, de tous « les subterfuges pour entraver les activités du Rojalnu- ODD/ Afrique auprès des partenaires et des autorités burkinabé, en entretenant la confusion et en présentant une image contraire à la vision « d’unité dans l’action » des présidents du Rojalnu- Afrique. Nous vous proposons, in extenso, le contenu de ladite lettre ouverte. Excellence Monsieur le Président du Faso, Nous voudrions, au nom de la jeunesse africaine, vous adresser nos compliments pour votre leadership et votre engagement pour le développement durable et vous prions de bien vouloir recevoir la présente lettre ouverte au nom de tous les Présidents des Bureaux Rojalnu légalement constitués et réunis au sein de la Conférence des Présidents du Rojalnu- ODD/Afrique, la plus haute instance de notre organisation : En 2012, la jeunesse africaine, réunie au 3ème Sommet Panafricain des Jeunes Leaders des Nations Unies à Ouagadougou, a porté son choix sur le pays des hommes intègres de Thomas Sankara, pour abriter le siège du Rojalnu-ODD/ Afrique au Burkina. Nous croyons en l’hospitalité et à l’intégrité du Burkina Faso et des Burkinabé. En 2015, après de nombreuses missions de plaidoyer à Ouagadougou et dans les autres pays effectuées par le Rojalnu- ODD/Afrique et le Président d’Honneur Dr Djibril Diallo, le Gouvernement du Burkina a signé un accord de siège avec notre Organisation. Par cet acte, le pays des hommes intègres venait de confirmer tout le bien qu’on pensait de lui en prenant la responsabilité d’être l’hôte de toute la jeunesse africaine aussi dynamique que diverse. Le 10 novembre 2016, le siège du Rojalnu- ODD/Afrique fut inauguré à Ouagadougou au cours duquel, la Charte du Rojalnu- ODD/Afrique a été adoptée par 15 pays dont le Burkina Faso afin d’asseoir au sein de notre organisation une gouvernance équitable, transparente, inclusive et efficace au service de la jeunesse africaine à travers un Secrétariat Général qui englobe les entités politique et technique du Rojalnu- Afrique. C’est cette disposition qui est contestée par Monsieur Dakiri Sawadogo, ancien secrétaire exécutif du Rojalnu qui use de tous les subterfuges pour entraver les activités du Rojalnu- ODD/ Afrique auprès des partenaires, des autorités burkinabé en entretenant la confusion et en présentant une image contraire à la vision “d’unité dans l’action” des Présidents du Rojalnu- Afrique. Pour rappel, c’est bien Monsieur Dakiri Sawadogo qui a sollicité en personne les services du consultant Burkinabé Amaria Salia Issoufou, directeur du Cabinet de Consultation Expert International pour l’élaboration des documents stratégiques du Rojalnu (Charte – plan stratégique etc) ayant été adoptés suite à des échanges démocratique, ouvert et transparent entre nos membres. Au regard de cette situation, le Secrétaire Général du Rojalnu- ODD/Afrique Monsieur Alioune Guèye a effectué en 2017, trois (03) missions de conciliation, d’échanges et d’information à Ouagadougou auprès de Dakiri Sawadogo sur la situation et auprès des autorités du Burkina notamment le Ministère en charge de la jeunesse afin de ramener la quiétude et la sérénité au sein de l’Organisation. Dans cette même perspective, le Président d’Honneur du Rojalnu- ODD/ Afrique a organisé une médiation à Dakar au Sénégal en novembre 2017 et a rendu public l’accord obtenu en mars 2018. Lequel accord stipule : 1- Le Maintien de la Charte adoptée à Ouagadougou, 2- La nomination de Dakiri Sawadogo comme administrateur du siège 3- La vérification de la Charte avec les lois du Burkina Faso 4- L’organisation du 6ème Sommet Panafricain du 03 au 05 septembre 2018 à Banjul en Gambie au cours duquel une assemblée générale inclusive sera convoquée pour adopter un texte consensuel et décider des orientations du Rojalnu- ODD/Afrique. Contre toute attente et dans une grande précipitation, Monsieur Dakiri Sawadogo a convoqué seul un sommet à Ouagadougou sans mandat de qui que ce soit et a amené le Ministère en charge de la jeunesse du Burkina Faso à faire une communication orale en conseil des Ministres le 11 Avril 2018 et à écrire aux partenaires pour soutenir son sommet sans que celui-ci ne soit légalement et officiellement saisi par les instances habilitées du Rojalnu-ODD/Afrique notamment le premier responsable qui est le secrétaire général. Face à cette situation, nous, membres de la Conférence des présidents du Rojalnu-ODD/Afrique : 1- Nous démarquons du Sommet illégal convoqué à Ouagadougou au nom du Rojalnu-ODD/Afrique du 21 au 25 Mai 2018 et demandons son ANNULATION; 2- Attirons l’attention du Gouvernement du Burkina Faso des conséquences qui découleraient de la tenue d’un tel Sommet sur son sol dont l’unique but est de diviser la jeunesse africaine ; 3- Nous inscrivons dans les conclusions de la médiation menée par le Président d’Honneur Dr Djibril Diallo dont l’un des points est la convocation d’une Assemblée Générale inclusive en marge du 6ème Sommet de Banjul en Gambie ; 4- Demandons la restitution des clés du siège du Rojalnu- ODD/Afrique conformément à l’accord de siège, illégalement détenues par Dakiri Sawadogo. 5- Demandons auprès de Son Excellence Monsieur le Président du Faso une audience en vue d’échanger de vive voix sur cette urgente question. En vous en souhaitant bonne réception, nous vous prions de recevoir excellence Monsieur le président du Faso, l’expression de nos très hautes considérations. Ont signé au nom de la conférence des présidents

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here