Situation du Lycée Publique de Diré : Le ministre Abinou Témé fait son baptême du feu devant les députés !

18
Récemment nommé à la tête du ministère de l’Education Nationale, Abinou Témé a effectué son premier passage à l’hémicycle dans la matinée du jeudi 31 mai. Il s’agissait pour lui de répondre aux questions orales de l’honorable Alkhaïdi Mamoudou Touré, relatives à la situation des écoles de Diré et spécifiquement du lycée public de Diré. « J’ai l’honneur de vous soumettre les questions orales ci-dessous relatives à la situation très déplorable du lycée public de Diré » tel a été la phrase introductive de l’Honorable Alkhaïdi pour aborder son questionnaire décliné en sept demandes. Ces questions étaient relatives entre autres, au manque de personnel enseignant au sein lycée public de Diré, au retard dans le payement des heures supplémentaires et le salaire des enseignants de la 6ème région, à l’état délabré des infrastructures du lycée ainsi qu’à la mauvaise répartition des cantines scolaires à travers le cercle. Au pupitre pour répondre aux questions de l’élu de Diré, le ministre Témé a tenu d’abord à mettre les choses dans leur contexte. « Après avoir reçu votre interpellation, nous nous sommes rendus sur le terrain pour recueillir des informations. Mes réponses ne sont pas pour apporter la contradiction, mais plutôt pour édifier la lanterne de l’opinion nationale et internationale par rapport à cette situation » a déclaré le ministre de l’Education Nationale. Selon lui, contrairement à l’effectif de 485 élèves donné par l’Honorable Alkaïdi, le lycée public de Diré est fréquenté par 335 élèves. De même, souligne le ministre, il compte 26 enseignants permanents et non uniquement des vacataires. « Il n’y a pas aujourd’hui une discipline non enseignée au lycée public de Diré » a-t-il déclaré pour démentir le chiffre de 33 enseignants donné par le député en guise de preuve. Abordant la question du payement des heures supplémentaire et celle du salaire des enseignants de toute la 6ème région, le ministre Témé a voulu être franc. En réponse à ces deux questions, il dira que le retard est dû à la longueur du circuit de traitement des dossiers. « Certes le circuit est long mais il est incontournable » a déclaré le ministre Temé, tout en précisant qu’une des solutions de ce problème réside dans l’accélération du processus de la décentralisation. Quant à la réhabilitation des infrastructures du lycée de Diré, le ministre a rassuré l’Honorable que le redémarrage des travaux est prévu d’ici fin 2018. De passage, Abinou Témé a désapprouvé l’information de l’Honorable soutenant que les trois premiers responsables (le Proviseur, le Surveillant et le Censeur) n’ont même pas de moyens de déplacement opérationnels. « Ces trois premiers responsables du lycée de Diré disposent de moto en bon état » a-t-il déclaré, tout en révélant à l’Honorable Alkaïdi Touré qu’ils auront des véhicules tout comme les 75 autres lycées publics du Mali quand le budget national le permettra. Concernant les cantines scolaires, le nouveau ministre de l’Education dans son explication a souligné que leur critère d’attribution a été lié à la situation géographique de l’école, le taux de fréquentation ainsi que l’engagement des collectivités. N’ayant pas été satisfait des réponses apportées par le ministre, l’Honorable Alkaïdi Mahamane Touré est revenu à la charge pour signaler qu’il avait interpellé le ministre Barthelemy Togo en son temps par rapport à ces mêmes questions. Selon lui, ce dernier lui avait rassuré de la même manière. « Mais rien n’a changé » a-t-il regretté. A ces propos, le ministre de l’Education Nationale dira que cette interpellation a porté des fruits, car, « nous allons analyser et intégrer certaines propositions de l’honorable Touré ». Par Moïse Keïta Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here