Sondage du CMDID : Plus de 90% des Maliens veulent voter !

10
Mercredi 6 juin 2018, la Maison de la presse de Bamako a servi de cadre à la présentation des résultats du sondage d’opinion du Centre Malien pour le Dialogue Inter parti et la Démocratie (CMDID). Ce sondage a été réalisé entre les 6 et 24 avril 2018. Les résultats font état d’un éventuel taux élevé de participation aux présidentielles de 2018. La fondation CMDID a effectué un sondage d’opinion sur les élections avec pour objectif d’identifier tous les facteurs susceptibles d’influencer la participation électorale, d’évaluer les opinions et les attitudes des populations vis-à-vis des partis et du militantisme politiques, de fournir des informations utiles pour améliorer la mobilisation des électeurs pour les présidentielles de 2018. Pour la bonne réussite de ce sondage, le CMDID a accueilli les témoignages de près de 2 197 personnes comprises entre 18 ans et plus. Elles ont quasiment toutes été interrogées à domicile. C’est un travail qui a été effectué dans toutes les régions du Mali plus le district de Bamako, excepté Kidal et les Maliens de l’étranger. Pour des raisons de sécurité, la région de Kidal n’a pas pu être sondée. La ville de Gao, et les localités de Niafounké, Tonka et Goundam dans la région de Tombouctou ont pu toutes être sondées. Ces échantillons ont été constitués à travers la méthode du quota fondé sur le sexe et l’âge. Ce sondage a permis de dégager les raisons ayant empêché certains à voter en 2013. Beaucoup d’entre eux ont évoqué la non-possession d’une carte NINA, d’autres, des empêchements personnels. Il faut noter qu’ils sont minimes à expliquer que leur vote ne servira à rien. Pour 2018, en avril, près de la moitié (53%) était indécis quant à leur choix du candidat. Toutefois, plus de 90 % des sondés déclarent leur volonté de voter lors des présidentielles prochaines. Cependant, il convient de noter que nous avons 42 % qui déclarent cette année n’avoir pas de cartes NINA ; 20% trouvent que le résultat du vote ne changera rien dans le pays ; 17% pensent que leur vote ne changera pas le résultat du scrutin. Tels sont des motifs pour eux de ne pas vouloir voter cette année. Pour améliorer le taux de participation, la plupart des sondés trouvent nécessaire d’accentuer la sensibilisation des électeurs et d’améliorer les procédures d’acquisition de la Carte NINA. Enfin, la plupart des personnes sondées sur les critères à privilégier dans le choix d’un candidat, elles sont 25% à évoquer les caractéristiques personnelles du candidat, 8% à évoquer l’appartenance politique du candidat, 55% à faire mention du projet de société du candidat et les 12% restent indéterminés. Les priorités dans les projets politiques doivent être la satisfaction des besoins alimentaires, la sécurité et la paix selon les personnes sondées. Fousseni TOGOLA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here