Pollution plastique : Une menace à la survie de l’homme

11
Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga, en présence du ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, a lancé le mardi 5 juin 2018 à Koulikoro des activités de la 19e édition de la Quinzaine de l’environnement. Le chef du gouvernement a réitéré la constance du gouvernement à mettre tout en œuvre pour lutter contre la pollution déchets plastiques. La Quinzaine de l’environnement est une campagne de communication à grande échelle visant à changer le comportement du citoyen par rapport à l’environnement. Pour l’édition 2018, deux dates sont dans l’agenda environnemental international : le 5 juin, Journée mondiale de l’environnement dont le thème cette année est “Combattre la pollution plastique” et le 17 juin, Journée internationale de lutte contre la désertification avec thème “La terre a de la valeur, Investissez-y”. En effet, dans les conditions instables du milieu de vie, soumis à des risques toujours menaçants de désertification, de dégradation des terres et de sècheresse, la lutte contre la pollution plastique s’inscrit impérativement dans la réalisation d’un monde sans dégradation des terres et des eaux. Presque partout au Mali, les déchets plastiques envahissent dangereusement les habitations, les champs, les pâturages et les cours d’eaux. Elle prend de plus en plus des proportions inquiétantes dans le pays et participe à la dégradation des terres, à l’érosion de la biodiversité, à la décimation de la faune et du cheptel domestique, compromettant dangereusement la sécurité alimentaire et la fourniture des services éco systémiques. Pour combattre ce fléau, d’énormes efforts sont consentis par le gouvernement du Mali depuis quelques années à travers plusieurs actions qui sont, entre autres, l’augmentation régulière du budget au secteur (une hausse de 54 milliards F CFA entre 2016 et 2017), une meilleure capacité de mobilisation des ressources nationales pour la mise en œuvre des projets et programmes de gestion durable des ressources naturelles, de l’environnement et d’adaptation aux changements climatiques. Le maire de la Commune urbaine de Koulikoro, Eli Diarra, a incité les citoyens à s’engager résolument sur des questions de sauvegarde de l’environnement sachant que la région dispose de plusieurs ressources naturelles. Et de solliciter l’accompagnement de l’Etat pour mener à bien ce projet. Aboubacar Coulibaly, directeur-pays du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), chef de file des PTF, a salué l’engagement des plus hautes autorités maliennes, qui ont perçu l’importance de la dimension environnementale dans la quête du développement. Il a aussi encouragé le gouvernement à renforcer les progrès réalisés. Pour Kéita Aida M’Bo, ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, l’application de la loi n°2014-024 du juillet 2014 portant interdiction de production, de l’importation et de la commercialisation des sachets plastiques non biodégradables dans le pays, est un devoir pressant pour tous les usagers sur l’ensemble du territoire. Elle s’est dite convaincue que la conscientisation de toutes celles et tous ceux qui importent, commercialisent, font la manutention ou utilisent les sachets plastiques non biodégradables, permettra de parvenir à une dégradation zéro des sols. Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga, parrain de l’édition 2018, a rappelé la nécessité de protection de l’environnement comme stipulée dans la Constitution avant de réitérer l’engagement du gouvernement à mettre tout en œuvre pour la sauvegarde de l’environnement. Il a reconnu la pertinence des thèmes de cette Quinzaine. Pour le chef du gouvernement, la lutte contre la pollution plastique est un impératif pour tous, une menace pour le secteur de l’agriculture et de l’élevage. Ousmane Daou Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here