ORFED partage avec des médias, les résultats des études sur la consommation de la drogue et la législation Malienne en matière de stupéfiant

1
L’organisation Open Society Initiative for West Africa (OSIWA) et l’ONG nationale ORFED ont organisé, le 11 Juin 2018 à la Direction Nationale des Affaires Judiciaires et du Sceau, un atelier de restitution des résultats des études sur la consommation de la drogue dans la commune urbaine de Sikasso et la législation Malienne en matière de stupéfiant. Le rapport de l’étude sur la consommation de la drogue à Sikasso a été présenté par Dr Younoussa Sidibé. Selon Dr SIDIBE, Au terme de l’étude de base sur la consommation de drogue dans la Commune urbaine de Sikasso, il convient de dire que la drogue est assez consommée dans la ville de Sikasso. Les modes de consommations sont de plusieurs types et les drogues consommées sont multiples, mais fumer est la voie la plus pratiquée. Le cannabis reste la drogue la plus consommée à Sikasso. Le rapport de la deuxième étude, qui a porté sur la législation malienne en matière de lutte contre la drogue a été présenté par par Hamidou KEITA, de l’Office central des Stupéfiants. Mr Keita a d’abord parlé de la réglementation internationale en matière de drogue. Sur le plan international, il a parlé de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961. Selon lui, Cette convention règlemente certaines substances autre que ceux déjà citées dans la convention internationale de l’opium de1912, notamment le cannabis, la cocaïne et leurs dérivés. Il a également parlé, toujours sur le plan international de la Convention sur les substances psychotropes de 1971. Cette convention a pour objectif de prendre en compte les lacunes de la convention unique de 1961 en introduisant les substances psychotropes. Il a été question aussi au cours de cette presentation de la Convention contre le trafic illicite des stupéfiants et de substances psychotropes de 1988 qui renforce les dispositions des deux conventions précédentes en termes de lutte contre le trafic de stupéfiants en renforçant les moyens légaux. Sur le plan national, Mr KEITA a parlé de la loi n°01-078 du 18 juillet 2001 portant sur le contrôle des drogues et des précurseurs. Cette loi traite la classification des drogues, la règlementation, l’inspection et la constatation des infractions, de la répression, des mesures contre l’abus des stupéfiants et des substances psychotropes et de la coordination de la lutte contre Il noter que ces études interviennent dans le contexte selon lequel plusieurs pays dans le monde (notamment en Amérique Latine), ayant tiré les leçons de leurs législations trop punitives en matière de politiques de drogues, adoptent aujourd’hui des mesures plus humaines. Ces politiques novatrices ont l’avantage de trouver un équilibre entre la répression des infractions et l’application de mesures éducatives de prévention et traitement dont des résultats sont déjà visibles en termes de réduction des activités liées à la drogue dans ces pays. Des pays Africains comme le Ghana et le Sénégal, avancent dans cette direction, souhaitée vivement par la Commission Ouest Africaine sur les Drogues. Le Mali ne doit pas rester en marge de cette évolution. C’est pourquoi, l’ONG ORFED en partenariat avec le Réseau « Osons Parle de la Drogue au Mali » avec l’appui financier de OSIWA (Open Society Initiave for West Africa) met en œuvre au Mali le projet « Plaidoyer pour une action parlementaire en faveur d’une meilleure politique de drogues au Mali ». Ce projet vise entre autres à informer et sensibiliser les hommes de media sur les méfaits de la criminalisation poussée des activités liées à la drogue au Mali, les réalités liées à la consommation et les instruments internationaux signés par le Mali sur les stupéfiants ; Soutenir la réflexion des hommes de media pour informer l’opinion publique nationale et internationale sur la nécessité des réformes législatives en matière de politique de drogues au Mali. Après la réalisation de ces deux études, la présente activité de restitution des résultats des rapports des deux études a été organisée pour informer et sensibiliser les hommes de media sur la problématique de la lutte contre la drogue en Afrique de l’Ouest en général et au Mali en particulier. Cette restitution visait à présenter aux hommes de media les résultats de l’étude de la législation malienne en matière de lutte contre les stupéfiants et celle sur les conséquences de la drogue à Sikasso afin qu’ils soient informés sur les recommandations et les conclusions desdits rapports Les échanges au cours de cette journée ont permis au hommes de média d’être informés et sensibilisés sur les contenus des rapports d’étude de la législation malienne sur les stupéfiants, les conséquences de la consommation de drogues dans la ville de Sikasso ainsi que les recommandations des rapports d’étude. Fsanogo/aBamako.com Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here