Aménagement de surfaces agricoles à Koursalé: les spéculateurs fonciers menacent un ambitieux projet

33
Le projet d’aménagement de 220 ha dans la plaine de Koursalé fait face à des blocages, à cause des tractations d’une poignée de spéculateurs fonciers qui s’oppose à tout un village. Après avoir été déboutés devant les tribunaux à trois reprises, lesdits spéculateurs fonciers continuent leurs fausses manœuvres au détriment du bonheur de la population. Pour plus informations sur cette affaire rocambolesque qui préoccupe la population de Koursalé, nous avons échangé avec des responsables de l’Office de la haute vallée du Niger. Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la région de Koulikoro (PRESAN-KL) financé par le gouvernement du Mali et la Banque africaine de développement (BAD), des aménagements hydro agricoles de plaines sont prévus dans les zones de l’Office de la haute vallée du Niger (OHVN) et de l’Office du Périmètre Irrigué de Baguineda (OPIB). En ce qui concerne Koursalé, l’on nous précise qu’avant le démarrage des travaux, le site avait fait l’objet d’une étude de faisabilité et d’impact environnemental et social et que plusieurs rencontres ont été organisées avec l’ensemble de la population du village en présence des représentants de la BAD. Mieux, la population a manifesté son accord pour l’exécution des travaux d’aménagement de la plaine. L’aménagement de ladite plaine a été confié au Groupement d’entreprises EGK/EAD/OTER SA pour un montant de 2 603 294 267 FCFA pour un délai de 12 mois hors saison des pluies. La surprise des partenaires et des bénéficiaires fut grande quand, après le démarrage des travaux, un spéculateur foncier à la tête de trois familles a envoyé une lettre datée du 24 novembre 2017 à la mairie du Mandé. À travers cette lettre, les familles en question expriment leur opposition au Projet d’aménagement de la plaine de Koursalé. Ainsi, suite à cette lettre, l’OHVN a demandé une rencontre avec les plaignants et la mairie. Selon nos sources, à l’issue de cette rencontre qui a eu lieu le 14 décembre 2017 à la mairie du Mandé à Ouenzindougou, les plaignants ont soutenu qu’ils ne s’opposent pas au projet, mais demandent qu’une différence soit faite entre eux et les autres bénéficiaires au moment de la répartition des parcelles aménagées. Le maire les a rassuré que leur demande sera prise en compte dans ce sens. Malgré cette assurance, l’OHVN a été convié le 4 janvier 2018 à la Préfecture de Kati pour la même affaire. Après plusieurs rencontres, l’OHVN a été surpris de se voir assigner devant le tribunal de première instance de la commune IV du district de Bamako, suite à une plainte de trois familles qui demandent l’arrêt des travaux d’aménagement de la plaine, en question. « L’Office a immédiatement dépêché une mission sur Koursalé pour s’entretenir avec le Chef du village et les notabilités. Lors de cette rencontre, le Chef du village a déclaré que la zone à aménager appartient à tout le village pour les cultures et non à une famille quelconque. Hormis les plaignants, tout le reste du village de Koursalé, à savoir le chef de village et ses conseillers, la jeunesse ainsi que l’Association pour le développement de Koursalé sont opposés à l’arrêt des travaux », expliquent nos interlocuteurs. Aussi, apprend-on, Me Wally DIAWARA a été désigné comme l’avocat des bénéficiaires afin d’empêcher l’arrêt desdits travaux. Le chef de village a fait comprendre que c’est plutôt un problème interne en rappelant qu’il y a eu un conflit entre lui et les plaignants concernant la vente par ces derniers de quelques parcelles à des particuliers. Le chef coutumier soutient que ce sera une tragédie si le village perdait un tel projet. Malgré le rejet des deux plaintes par le tribunal de la commune IV, le 12 mars et le 19 avril 2018, l’OHVN a été encore assigné à comparaitre devant le tribunal de grande instance de Kati suite à la plainte des mêmes personnes pour les mêmes motifs : l’arrêt des travaux d’aménagement. Pour la troisième fois, la demande des plaignants a été rejetée le 15 mai 2018 par le tribunal de Kati. Ces décisions de justice blanchissent l’OHVN qui n’est impliqué ni de près ni de loin à une quelconque affaire foncière. Son seul souci étant d’aménager des surfaces agricoles au profit des paysans, conformément à sa mission. Selon nos informations, dans le souci de voir clair dans cette affaire, une mission conjointe de la BAD, la Coordination du Projet, l’OHVN, le bureau d’études et les entreprises chargées de l’exécution des travaux s’est rendue à Koursalé, le 9 avril 2018. Lors des entretiens, les villageois ont exprimé leur engouement pour le projet. Soulignons qu’en plus de l’aménagement de la plaine de Koursalé, le PRESAN-KL prévoit de réaliser : 10 forages dans la localité (dont 3 sont déjà fonctionnels et utilisés par l’ensemble du village) ; l’aménagement et l’équipement d’un périmètre maraîcher pour les femmes ; la construction d’un CSCOM ; la construction de cases de santé ; la construction et l’équipement de trois salles de classe avec bloc de latrines (en cours) ; la construction et l’équipement d’un jardin d’enfants ; la construction et l’équipement d’une cantine scolaire ; un marché à légumes ; un magasin de stockage ; un Centre d’alphabétisation ; un centre polyvalent pour les activités génératrices de revenus ; des plantations d’arbres d’alignement et des bosquets villageois ; des travaux CES/DRS sur les berges du fleuve Niger ; l’aménagement de la piste qui relie Koursalékoro à la RN26 (axe Bamako-Kangaba). Toujours conformément à leur volonté de soulager la population, la direction de l’OHVN, la Coordination du PRESAN-KL et la mairie du Mandé continuent de déployer des efforts afin de trouver rapidement un compromis dans cette affaire. Affaire à suivre ! PAR MODIBO KONE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here