Anciens universitaires et stagiaires maliens d’Algérie: rupture du jeûne autour du vivre-ensemble en paix

10
L’Association malienne des anciens universitaires et stagiaires d’Algérie (AMAUSA) avec le soutien financier de l’Ambassadeur d’Algérie au Mali, et le parrainage de la société Houma, a organisé, samedi dernier, à l’hôtel de l’Amitié de Bamako, sa 5e édition de coupure collective de jeûne, ou « Iftar », qui avait pour thème : « Vivre-ensemble pour la paix ». Placée sous la présidence du secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Mahamane MAIGA (ancien de l’AMAUSA 1978-82), la cérémonie s’est déroulée en présence de l’ambassadeur de la République d’Algérie au Mali, Boualem CHEBIHI ; le président de l’AMAUSA, non moins Directeur général de l’AGETIC, Hamed Salif CAMARA. On y aussi notait également la présence du ministre conseiller, Mohamed MIDOU ; des chefs de cabinet des ministères de l’Enseignement et de la recherche scientifique ; de la Réconciliation nationale et plusieurs promotions d’anciens universitaires et stagiaires maliens d’Algérie. Selon le président de l’AMAUSA, la rupture collective du jeûne, devenue désormais une tradition, se veut un moment de communion, de retrouvailles et de partage de souvenirs entre les différentes promotions ayant vécu des moments importants (études et de fraternité) en Algérie. La rencontre se veut aussi un cadre de raffermissement de l’excellente coopération algéro-malienne. Par ailleurs, il a vivement remercié l’ambassade d’Algérie, notamment l’ambassadeur Boualem CHEBIHI, pour son engagement personnel en faveur de l’AMAUSA, son ouverture d’esprit. Pour lui, la rencontre devient de plus en plus importante, alors il revient aux membres de mettre en place un cadre pour la pérenniser. En effet, a-t-il rappelé, la rencontre annuelle est organisée par le bureau en partenariat avec les sponsors et les personnes de bonne volonté. Il a invité tous les membres de l’association à mieux s’organiser pour prendre en charge les frais de la rencontre. Ils ont choisi le thème, pour cette année : « vivre-ensemble en paix ». Selon M CAMARA, l’occasion était opportune également pour féliciter et remercier l’Algérie pour tout ce qu’elle fait dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale au Mali. « Merci au peuple frère d’Algérie, non seulement pour le savoir transmis, mais aussi pour son accompagnement du peuple malien », a-t-il déclaré. L’ambassadeur dit éprouver un réel plaisir de partager pour la 3e fois consécutive, ces moments de joie et de souvenir que représentent la 5e édition de l’Iftar, comme toujours, dans la pure tradition d’hospitalité et de partage qu’ont en commun Maliens et Algériens. Selon l’ambassadeur, le choix du thème est révélateur pour les Algériens. En effet, a-t-il noté, dans un esprit de partage d’expérience, dans ce domaine, aussi important et sur son initiative, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté, le 8 décembre dernier, par consensus, la résolution 72/130 invitant les États « à agir en faveur de la réconciliation afin de contribuer à la paix et au développement durable et à inciter les êtres humains au pardon et à la compassion ». La résolution a proclamé le 16 mai de chaque année « Journée internationale du Vivre-ensemble en paix ». Au-delà de sa dimension mémorielle, dira M CHEBUHI, la rencontre évoque la coopération fructueuse entre l’Algérie et le Mali dans le domaine vital de la formation en particulier, dans le cadre du programme boursier consenti annuellement par l’Algérie au Mali. « Vous en êtes, en effet, le fruit, en ayant eu le mérite de bénéficier de l’opportunité de recevoir, en Algérie, dans ce cadre, un enseignement diplômant de qualité et de revenir armés d’un savoir-faire qui vous permet aujourd’hui d’apporter votre pierre aux efforts de développement et de construction que mène votre pays. Et d’ajouter : « Vous être aussi un exemple concret de cette mobilité humaine saine que l’Algérie et le Mali ont pu promouvoir dans le plein respect des règles nationales, bilatérales et internationales régissant la circulation des personnes. L’ambassadeur CHEBIHI a profité de l’occasion pour rappeler à ceux qui, aujourd’hui, tentent de semer le doute sur la politique d’ouverture, de solidarité, de tolérance et d’accueil que l’Algérie a toujours observée envers les «frères maliens et africains en général ». Le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères a loué la qualité des relations de coopération existant entre le Mali et l’Algérie. Aussi, a-t-il remercié les autorités algériennes pour les efforts qu’elles ne cessent de consentir dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale au Mali. La cérémonie a été marquée par le partage du repas de rupture de jeûne ; la prière collective du crépuscule ; les bénédictions pour la paix et des élections générales apaisées au Mali ; les témoignages de certains souvenirs en Algérie, etc. Par Sékou CAMARA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here