Ousmane Diarra : Brigade des stupéfiants / Elle met en taule 8 individus en possession des drogues et d’armes de guerre

13
Elle met en taule 8 individus en possession des drogues et d’armes de guerre Dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 juin 2018, le commandant de la brigade des stupéfiants, commissaire principal Mamoutou Togola et ses limiers hors peur ont effectué une opération avec succès à Yirimadio-Bakorobabougou au cours de laquelle, ils ont procédé à la saisie d’une importante quantité de Cannabis, d’armes de guerre et interpellé certains huit individus suspects. Dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 juin 2018, le commandant de la brigade des stupéfiants, commissaire principal Mamoutou Togola et ses limiers hors peur ont effectué une opération avec succès à Yirimadio-Bakorobabougou au cours de laquelle, ils ont procédé à la saisie d’une importante quantité de Cannabis, d’armes de guerre et interpellé certains huit individus suspects. La Brigade des Stupéfiants de la police nationale a effectué une saisie de kilos de cannabis et des armes de guerre sur huit individus présumés. Ce coup de filet a été mené par les hommes du commissaire principal Mamoutou Togola, commandant de la Brigade des Stupéfiants à Yirimadio-Bakorobabougou, c’est-à-dire derrière l’ancien poste de Niamana. Comment cette opération risquée est-elle passée ? Après avoir reçu des informations, qu’il faut sur la présence de consommateurs des opiacés et d’autres produits nocifs à la santé à Niamana, vers l’ancien poste de contrôle, le commissaire principal Mamoutou Togola a aussitôt formé une de ses équipes intrépides pour bien recouper l’information. Quand celle-ci, a eu ce qu’il faut pendant huit (8) jours de renseignement auprès de la population de la zone sur l’identité des personnes citées. Du coup, nous étions dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 juin 2018 à 6 heures du matin. Ainsi, le commandant Togola même en tête d’une nouvelle équipe bien planifiée a décidé d’intervenir ce jour-là, où ils ont mis hors de nuire huit personnes dans la grille. Selon commissaire Togola, cette opération a été menée avec succès car elle a permis de découvrir un vaste réseau de trafiquants d’armes de guerre et d’autres drogues. À la suite de ces renseignements, nous explique commissaire Togola, ils ont pu opérer sans problème car, poursuit-il, les armes saisies étaient toutes prêtes à engager des projectiles. À l’en croire le commandant Togola, ces armes de guerre saisies sur huit personnes étaient enfouillées depuis 7 ans, d’après eux au cours de leur audition. Laquelle audition, nous fait savoir le commandant, a permis de découvrir un pistolet automatique bien garnis avec sa cartouche, un pistolet mitrailleur avec dis huit cartouches dont une engagée dans la chambre prête à tirer et trois de kilos de cannabis. Les investigations ont indiqué, martèle-t-il, que les armes appartiennent au parent d’un gang qui, les avait enfouillées dans sa famille depuis 7 ans donc, après une dispute déclenchée entre ce dernier son père, qu’il a décidé déterrer ces armes pour leur enfouiller dans un lieu de son choix. Interrogé dans les locaux de la brigade, il passe aux aveux de ses complices et ceux-ci sont en taule présentement. Par ailleurs, il s’est ensuite réjoui du succès de cette opération et promet de tout mettre en œuvre pour débarrasser Bamako des consommateurs de drogues et produits nocifs. «J’appelé la population à plus de collaboration afin que nous puissions jouer pleinement notre rôle de sécurisation des personnes et leurs biens », a-t-il souhaité. Rappelons que ce genre de saisie importante des lots de drogues, des armes de guerre et des produits pharmaceutiques nocifs n’est pas la première du genre par le commandant Togola car dès son arrivée à la tête de cette structure en 2017, il a multiplié d’exploits en mettant hors de nuire les individus inuit de la société. En attendant, les huit personnes aux arrêts sont placées en détention préventive dans les geôles de la brigade pour d’autres besoins d’enquêtes avant d’être déférés chez le procureur du tribunal de la commune III. Ce qu’il faut signaler la mise en arrêt de ces individus a été rendu possible grâce au dévouement personnel du commandant Mamoutou Togola car pour faire mordre le groupe de gang l’appât, il a fallu qu’il mette en jeu son propre argent d’un montant de 50.000 franc CFA. Pour terminer, le Commissaire Togola appelle une fois de plus la population à plus de prudence, de vigilance et de collaboration avec les autorités chargées de l’application de la loi. Oumar Traoré Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here