Présidentielle de 2018 : Le double défi pour Dramane Dembélé

4
Le 3ème de la présidentielle de 2013, malgré les remous au sein de sa formation politique, s’est engagé comme candidat. Et contre vents et marées, il a obtenu le parrainage nécessaire pour sa candidature. Il fait donc face à un double défi à relever. Militant bon teint du PASJ, Dramane Dembélé avait eu l’opportunité de s’imposer comme candidat du parti en 2013. Trahi comme l’a été Soumi en 2002, il s’est battu avec ses armes pour se classer dans le trio de tête. Qu’à cela ne tienne, le parti qui était dans le front de refus du coup d’état de 2012, avait signé la plateforme de se rallier au candidat de cette entité. Avant le second tour, Dramane Dembélé a décidé autrement. Il s’est rallié à IBK pour des raisons qu’il dit détenir. Au sortir de cette élection, il a bénéficié d’un poste ministériel. Malheureusement, après un travail assez satisfaisant, il est débarqué en plein midi sans réel motif. Selon Dra lui-même. Depuis, le torchon brûle entre Dra et le pouvoir d’IBK. Ancien meneur estudiantin contre Moussa Traoré, il a mené avec ses camarades le combat d’un candidat à l’interne. Pour redorer le blason de l’Adéma Pasj accusé aujourd’hui de tous les noms d’oiseau comme étant responsable de la descente aux enfers actuelle du pays. En effet, après moult tentatives de lier pieds et mains du parti pour IBK, le parti va emprunter la voie de la sagesse. Mais avec de nombreuses stratégies aboutissant à rejoindre IBK dès le 1ertour. Dans cette optique, finalement un clan, celui du président du parti Pr. Tiémoko Sangaré va faire le diktat en décidant de soutenir IBK. N’étant pas de cet avis, Dramane et d’autres camarades vont se rebeller. Il y aura des candidatures. Dans ce lot, Dra va décider de se présenter sous le nom du redressement de l’Adéma Pasj. Il bénéficie du coup du soutien d’une majorité des militants de l’Adéma à travers le pays et à l’extérieur. Ainsi, il parvient à trouver le nombre de parrainage et a du coup déposé sa candidature au niveau de la Cour Constitutionnelle. Quoi qu’il en soit, il fait face à deux défis majeurs, la représentativité et le résultat. Il s’agit d’être dans le quatuor à défaut d’être dans le trio de tête (résultat). Ensuite, de parvenir à se faire rallier de nombreux cadres valables et de premier ordre (représentativité) pour le salut du parti. Mais, surtout pour mettre dans leurs petits souliers, les thuriféraires. B. DABO

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here