12e briefing du porte-parole du gouvernement : La réalisation du projet de Télévision numérique terrestre au Mali expliquée par le ministre Arouna Modibo Touré

7
Amadou Koïta, le ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, Porte-parole du gouvernement, a animé le 12e Briefing hebdomadaire sur les décisions issues du Conseil des ministres du mercredi 20 juin 2018. Il avait comme invité le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, qui est intervenu sur l’adoption par le Conseil des ministres du projet de décret portant approbation du marché relatif à la réalisation du projet de Télévision numérique terrestre au Mali. Dans son intervention, le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, a fait la genèse du projet de Télévision numérique terrestre au Mali qui s’inscrit dans le cadre de la réalisation de la migration de la transition de la radiodiffusion analogique vers le numérique. Il a rappelé que le processus de cette migration a démarré dans le monde entier depuis l’année 2000. Et l’Union internationale des télécommunications (UIT) a adopté en 2006 l’accord régional par lequel tous ses Etats membres devaient obligatoirement démarrer le passage de la télévision analogique à la télévision numérique. “C’est ainsi qu’au Mali, le gouvernement a entamé une série de réformes. Parmi ces réformes, il y a la séparation des fonctions d’édition et diffusion avec la création de la Société malienne de transmission et de diffusion (Smtd) qui en charge la mise en œuvre de ce plan de numérisation de la télévision malienne. Le Mali, de façon harmonieuse pour assurer ce transfert de la télévision analogique à la télévision numérique, a mis en place par Décret depuis 2011, un Comité national de transfert de la radiodiffusion analogique à la diffusion numérique. Et par la suite, une feuille de route a été élaborée ainsi qu’une stratégie. Et ces deux documents très importants ont été aussi adoptés par le Conseil des ministres du 30 octobre 2014. Donc, à partir de cette date, le Mali était bien prêt à amorcer cette transition numérique de la télévision”, a rappelé le ministre Touré. Les perspectives et les avantages du transfert de la transition analogique à la transition numérique de la télévision Le ministre Arouna Modibo Touré a avoué que le transfert de la transition analogique à la transition numérique de la télévision offre des perspectives indéniables pour le Mali. Ces perspectives, à ses dires, s’inscrivent dans plusieurs domaines, notamment technologique, économique, social et culturel. Le transfert apporte aussi des avantages énormes pour le bénéfice des populations maliennes. Parmi ces avantages, il a cité l’utilisation efficace du spectre. “Ce qui nous ramène à avoir un peu plus de chaînes disponibles comme par exemple 20 chaînes de télévisions pour une seule fréquence. Alors qu’aujourd’hui, avec la télévision analogique, c’est une fréquence pour une seule chaîne de télévision”, a-t-il avancé. Comme 2e avantage, il a parlé de la diminution de la charge de production. “Avec la vétusté du matériel analogique, il y avait énormément de coût de production que l’Ortm supportait. Avec l’avènement de la télévision numérique, il y a non seulement la diminution des charges de production comme l’énergie, le gasoil ainsi que d’autres rubriques qui rentrent dans la consommation. Cette télévision numérique utilise moins de bandes passantes que la télévision analogique”, a-t-il précisé. Comme 3e avantage, le Ministre a soutenu que la télévision permet de prendre en charge les contenus des programmes locaux en plus des autres programmes de télévision audiovisuels. Il a aussi cité comme avantage les services interactifs de valeurs ajoutées. “Quand je parle de services interactifs de valeurs ajoutées, je parle du code parental. Les parents pourront dorénavant mettre un code pour verrouiller un certain nombre de chaînes inappropriées pour que les enfants ne les utilisent plus. Ensuite, avec ces télévisions numériques, on peut savoir à temps réel l’audience du public sur un certain nombre de chaînes. Ce qui est très important. Ensuite, la télévision numérique offrira des services d’internet à nos populations “, a-t-il justifié. Comme 4e avantage, le Ministre Touré a annoncé les recettes du dividende numérique et la réduction de la fracture numérique en utilisant le spectre de ce dividende numérique. “Cela signifie qu’aujourd’hui, avec la télévision numérique, nous pouvons offrir en même temps que les sociétés de téléphonie des fréquences à nos populations pour leur permettre d’avoir des chaînes de télévisions à moindre coût et accéder effectivement à Internet, ainsi qu’à certaines chaînes internationales, dans un meilleur délai et de manière très rapide et accélérée”, a informé le Ministre Touré. Transparence pour l’exécution du marché Pour la réalisation du projet, le ministre Touré a rassuré que le gouvernement a pris toutes les dispositions utiles et transparentes. L’appel d’offre international a été lancé 18 décembre 2017. Il y a eu 6 soumissionnaires d’entreprises internationales qui sont en groupement avec des entreprises locales. Aux termes des évaluations, le marché a été attribué provisoirement au groupement Thomson/Camusat pour un délai d’exécution de 14 mois. “Aux termes de ces 14 mois, le Mali aura sa télévision numérique pour le bénéfice de nos populations. Et l’Etat offrira gratuitement 50 000 décodeurs aux populations démunies du Mali afin de réduire la fracture numérique”, a-t-il promis. Ledit marché porte sur la fourniture, l’installation et la mise en service d’un réseau de Télévision numérique terrestre sur toute l’étendue du territoire national. Son exécution permettra de créer de grandes opportunités dans la fourniture d’application TIC et de services multimédia avec une haute qualité des images, une réception sans interférence, un choix plus large de programmes télévisuels et des nouveaux services. Régime d’Assurance maladie universelle Au cours du briefing, le ministre Porte-parole du gouvernement a informé les hommes de médias sur l’adoption d’un projet de décret portant acquisition de la nationalité malienne par voie de naturalisation pour 11 personnes de différentes nationalités. Le ministre Amadou Koïta a donné des informations sur le projet de loi portant institution du régime d’Assurance maladie universelle. A ses dires, l’institution du régime d’assurance maladie universelle vise à défragmenter les dispositifs de couverture du risque maladie existants en vue d’offrir à l’ensemble de la population malienne un régime d’assurance maladie unique qui couvrira toutes les catégories sociales par des mécanismes plus adaptés. “Ce nouveau régime est fondé sur le principe de la solidarité, de la contribution, de la mutualisation des ressources et des risques et du tiers payant. Il donne droit à la prise en charge directe des frais de soins curatifs, préventifs et de réhabilitation de médicalement requis par l’état de santé ou par la maternité des bénéficiaires. L’institution du régime d’Assurance maladie universelle participe de l’atteinte des objectifs de développement durable de l’Organisation mondiale de la Santé en matière de couverture sanitaire. Elle participe aussi de la mise en œuvre du plan d’actions présidentiel d’urgence sociale, du plan décennal de développement sanitaire et social, du programme de développement sanitaire et social, de la politique nationale de protection sociale et son plan d’actions 2016-2018. L’assurance maladie obligatoire, le régime d’assurance médicale et les mutuelles de santé couvrent environ 2 millions 200 mille personnes sur une population estimée à 18 millions 343 mille habitants soit 12 % de la population totale. Cette couverture reste faible en raison de la fragmentation des mécanismes et de la disparité des services couverts”, a-t-il commenté. Le ministre Koïta a informé sur le projet de décret fixant les taux des indemnités et primes accordées au personnel du Secrétariat général du Gouvernement et le projet de décret fixant les avantages accordés au personnel du Centre national pour la Coordination de la Réponse du Mécanisme national d’Alerte précoce et de Réponse aux Risques sécuritaires. Selon le ministre Koïta, l’adoption des présents projets de décret s’inscrit dans le cadre l’amélioration des conditions de travail et de la stabilisation du personnel du Secrétariat général du Gouvernement et du personnel du Centre national pour la Coordination de la Réponse du Mécanisme national d’Alerte précoce et de Réponse aux Risques sécuritaires. Le ministre Porte-parole du gouvernement a profité de l’occasion pour informer du commencement de la distribution des cartes d’électeurs. Pour cela, il a invité les populations à sortir massivement pour aller retirer leurs cartes d’électeurs. Il a rassuré que les cartes d’électeurs pour Kéniéba, qui ont été brûlées, seront prochainement remplacées. Siaka DOUMBIA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here