Attaques terroristes : les autorités burkinabé publient la liste de personnes recherchées dont certains se trouvent en territoire malien

1290
Le ministère de la Sécurité du Burkina Faso a publié, cette semaine, la liste de personnes recherchées pour divers actes de terrorisme à l'intérieur du pays. Ce faisant, il a fourni plus de détails sur les rouages internes relativement inconnus du groupe djihadiste lié à al-Qaïda, Ansaroul Islam. La liste commence avec le leader actuel d'Ansaroul Islam, Abdoul Salam Dicko (alias Djaffar), qui a remplacé son frère après sa mort due à des causes naturelles, l'année dernière. Il a ensuite souligné les différents rôles au sein du groupe djihadiste, y compris les chefs régionaux, les détails de sécurité, sa propre aile du renseignement et même les percepteurs d'impôts. Certaines entrées incluaient des détails tels que les attaques auxquelles l'individu recherché était impliqué. Certaines entrées ont également souligné les activités d'Ansaroul Islam au Mali voisin. Plusieurs terroristes identifiés responsables des activités d'Ansaroul Islam dans la forêt de Foulséré, dans la région centrale de Mopti, au Mali, tandis que d'autres mettent en lumière ses relations avec le AQMI. De nombreux chiffres appartenant à cette dernière catégorie avaient déjà été liés à Ansar Dine. D'autres ont démontré le lien entre le groupe djihadiste et les trafiquants d'armes, un thème commun au Sahel. Les autorités burkinabè ont également détaillé certaines activités de la branche de l'État islamique au Grand Sahara (ISGS) à l'intérieur du pays dans la liste. Alors que l'ISGS a fait les gros titres au Niger, elle a revendiqué sa toute première attaque au Burkina Faso et continue d'opérer dans le pays. Ansaroul Islam (AI) a été formé en 2016 dans les forêts de Mondoro, au Mali par Boureima Dicko (également connu sous le nom d'Ibrahim Dicko), un imam radical burkinabé qui avait auparavant rejoint la Katibat Macina d'Ansar Dine au centre du Mali. Selon un transfuge du groupe, le chef de Macina - Amadou Kouffa - a joué un grand rôle dans la création de l'Islam Ansaroul. En effet, AI a reçu un soutien considérable et une formation de Katibat Macina ainsi que de Katibat Serma. Amnesty International a également fait part de nombreuses agressions dans le centre du Mali, aux côtés des deux unités. En mars 2017, Ansar Dine et ses bataillons, AQMI au Sahara, et Al Murabitoon ont fusionné pour former le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (JNIM). On ne sait pas exactement quel est le rôle d'AI dans le conglomérat djihadiste, mais le JNIM aide toujours le groupe burkinabé. Le transfuge susmentionné a déclaré qu'IA maintenait des «liens idéologiques, opérationnels et logistiques» avec le JNIM. Plus tôt cette année, le département d'État américain a désigné Ansaroul Islam comme une organisation terroriste, sans mentionner ses liens profonds avec le réseau d'al-Qaïda au Mali. Ansaroul Islam et le JNIM sont les principaux responsables de l'augmentation de la violence djihadiste dans le nord du Burkina Faso au cours de la dernière année. Ces assauts ont régulièrement augmenté depuis décembre 2016 et ne montrent aucun signe de ralentissement de sitôt. Les réponses des États à ces attaques ont également aliéné la population locale, ce qui contribue au recrutement djihadiste. Un coup d'œil sur des individus sélectionnés dans la liste des personnes recherchées au Burkina Faso: Abdoul Salam Dicko alias Djaffar: Confirmé comme l'émir global actuel d'Ansaroul Islam. Il est le frère du fondateur et premier dirigeant du groupe Ibrahim Dicko. Aboubacar Sawadogo: identifié comme conseiller militaire et formateur d'Ansaroul Islam. Sawadogo a une longue histoire avec Ansar Dine d'al-Qaïda au Mali et était responsable d'une aile d’Ansar Dine au Burkina Faso fin 2015. Cependant, Sawadogo a été arrêté au Mali en 2016. On ignore pourquoi le Burkina Faso l'a encore ajouté à la liste. Amadou Dicko: identifié comme le chef d'Ansaroul Islam responsable des zones situées entre Inata et Koutoukou dans la région du Soum au Burkina Faso. Oumarou Dicko alias Motard: identifié comme le chef d'Ansaroul Islam responsable des zones entre Tounté et Gomdé dans la région du Soum au Burkina Faso, ainsi que des raids transfrontaliers au Mali près de Koungna. Hassane Nouh Gorane Dicko: Identifié comme l'émir d'une unité d'Ansaroul Islam dans la forêt de Foulséré au Mali, qui compte une vingtaine de personnes. Ngassi Gourma Eggorou: Identifié comme un autre émir d'une unité d'Ansaroul Islam au Mali, qui compte également une vingtaine de personnes. Oumarou Salou Dicko: Responsable de la coordination des activités et des opérations dans la forêt de Foulséré au Mali. Oumarou Hassane Dicko: Il aurait été le commandant de la base islamique d'Ansaroul dans la forêt de Foulséré. Oumarou Dicko: Il serait le chef de l'aile du renseignement d'Ansaroul Islam. Oumarou Hassan: Il aurait été un agent de renseignement pour Almansour Ag Alkassoum d'Ansar Dine, un djihadiste que le chercheur Héni Nsaibia a identifié comme coordinateur de toutes les unités djihadistes de la région frontalière entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Il a été arrêté par les forces burkinabè, le 20 juin. Sita Amadou dit Anga: Identifiée comme étant responsable de l'acquisition de motos et de téléphones mobiles pour Almansour Ag Alkassoum d'Ansar Dine. Oumarou Amadou Dicko: Identifié en tant que membre de l'aile du renseignement d'Ansaroul Islam. Hamma Pâté Diallo: Identifié en tant que membre de l'équipe de garde du corps de Djaffar. Avec lonwar journal Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here