Le CONOR secoué par le transfert du joueur Bemba Sangaré à l’AS Port du Togo dont la qualification est jugée «non conforme»

1
Venu pour normaliser la situation du football malien, le Comité de normalisation fait face à de nombreux. Si ce n’est pas la présidente qui répare des portes à coup de millions, ce sont des membres du Conor qui se tapent des missions sur le dos du football. Actuellement, un membre du Conor est même mandataire du président IBK pour la présidentielle à venir ; ils se mouillent tous la barbichette. C’est pour cela que le secrétaire général actuel des lieux s’en donne à cœur dans le trafic des joueurs. C’est le 06 avril 2018 que la présidente du Conor a écrit à la Fédération togolaise de football pour se renseigner sur la situation du joueur Bemba Sangaré, né le 29/09/1999 à Bamako. Parce qu’il lui a été rapporté par le club formateur (Centre Mamadou Coulibaly) du joueur que Bemba Sangaré évolue au sein du Club AS Port du Togo, sans qu’aucune procédure de transfert n’ait été respectée. Le Club formateur a alors voulu intenter des procédures contre X pour réclamer ses droits. En effet, la qualification du jouer est jugée non conforme parce que le transfert a été frauduleusement fait à l’AS Port du Togo, où Bemba Sangaré a vu rallongés ses prénoms et nom. Il est devient Aboubacar Bemba Sangaré. Pour le Club formateur, c’est l’AS Port du Togo qui a falsifié les documents du joueur, sinon il n’a jamais fait l’objet d’une demande de Certificat International de Transfert (CIT), ni de pourparlers entre les deux clubs. Alors que le joueur en question, à la grande surprise de son premier Club, est en train de jouer et de prendre part à la Champion’s League CAF 2018. Le Club formateur se pose beaucoup de questions. Comment Bemba Sangaré est-il devenu Boubacar Bemba Sangaré alors que c’est le même joueur ? Comment a-t-il procédé pour que la CAF puisse le qualifier ? Seul avec le CIT et l’accord des deux clubs peuvent permettre le transfert d’un joueur, et le transfert se fait au niveau du secrétariat général de la Fédération malienne de football et sans CIT, il ne peut pas y avoir de transfert. Dans une correspondance datée du 09 mai 2018, le secrétaire général de la Fédération togolaise de football a été clair : il a eu des documents de la Fédération malienne de football en bonne et due forme et il ne saurait en être autrement. Et pourtant, la qualification du joueur est frauduleuse, parce que Bemba Sangaré a été victime de falsification en ajoutant Aboubacar à son nom. Et n’a jamais fait l’objet d’une demande de CIT par la bonne adresse, car la demande de CIT que l’AS Port du Togo a faite à la date du 17 novembre 2017 par mail: malifoot@afribone.net.ml, a été changée depuis le 02 mai 2017 par mail: malifoot1960@gmail.com, dont un fax a été envoyé par la Fémafoot à la Confédération africaine de Football à la même date. La Fédération malienne avait demandé à la CAF d’envoyer une copie à toutes les fédérations. Mieux, il n’y a pas eu non plus de pourparlers entre les deux équipes. C’est pour cela que le Club formateur a porté plainte contre l’AS Port du Togo et contre le joueur Bemba Sangaré pour falsification d’identité et de CIT. La Fédération togolaise de football a répondu le 10 avril 2018 à la correspondance du 09 mai 2018 de la Fédération malienne de football. Pour eux, l’AS Togo Port est un club amateur évoluant dans le championnat togolais ; le joueur Sangaré Bemba a été proposé selon la Fédération togolaise à l’AS Togo Port dans le cadre du championnat national de première division, saison 2017-2018, par le centre Liberty Academy, qui est un centre sport-étude où il a été inscrit depuis 2015 comme élève par ses parents. L’AS Togo Port a formulé en bonne et due forme une demande de CIT en raison de la nationalité du joueur. Une requête a été adressée à la Fédération malienne à la date du 17 novembre par mail officiel : malifoot@afribone.net.ml. Et cette demande de CIT est restée sans réponse. Le joueur a alors été enregistré par la Fédération togolaise à titre provisoire conformément aux dispositions du paragraphe 4.4 de l’annexe 3a du règlement du statut et du transfert des joueurs. «Enfin nous voudrions vous rappeler que suivant le règlement, les indemnités de formation sont redevables à l’ancien club ou aux anciens clubs formateurs d’une part, lorsqu’un joueur signe son premier contrat en tant que joueur professionnel, et d’autre part lors de chaque transfert d’un joueur professionnel jusqu’à la saison de son 23ème anniversaire», souligne Pierre Lamadokou, secrétaire général de la Fédération malienne de football. Son homologue, Hamady Sangaré, secrétaire général adjoint de la Fémafoot, et actuel secrétaire général, doit des explications au public sportif. Au risque de nous démontrer qu’au Conor, c’est chacun pour soi. Dans cette affaire, le fautif n’est autre que le secrétaire général de la Fédération malienne de football, qui est habilité à faire le transfert et informer les clubs maliens. Sinaly KEITA

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here