Présidentielle-2018 : Ceux qui travaillent à la brillante réélection d’IBK

3
Déterminés pour la cause d’IBK, de nombreux hommes et femmes travaillent pour sa réélection ce 29 juillet. Qui sont-t-ils et quels sont leurs poids réels sur le terrain ? Pour assurer une victoire saine, synonyme de plébiscite pour le président sortant, des hommes et des femmes sont à la manœuvre sans relâche. Nous avons choisi de revenir sur les actions en cours en faveur de la réélection d’IBK pour un second et dernier mandat. Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga est du lot des soutiens forts du président de la République. Fort de son parti Asma/CFP et d’une solide relation dans tous les milieux, SBM est en première ligne pour la victoire. Dr. Bocari Tréta, président du Rassemblement pour le Mali (RPM) et désormais directeur de campagne du candidat Kéita, dispose également d’un puissant réseau qui travaille pour la réélection du chef de l’Etat. Aux côtés de ses personnalités clés de l’entourage d’IBK, il y a les ministres qui sont déjà au charbon. Presque chaque ministre a son club de soutien ou son mouvement qu’il parraine pour la cause d’IBK. Les dernières semaines ont été marquées par la naissance de structures comme “IBK An ka ta dron” de Maouloud Ben Kattra, “le Mouvement Mali en marche” de Mohamed Aly Ag Ibrahim, “la Plateforme pour le développement” de Traoré Seynabou Diop. Avant, les ministres Thierno Diallo, Nina Wallet Intallou, Kalfa Sissoko s’étaient aussi illustrés avec leurs mouvements de soutien à IBK. En plus des ministres non politiques, il y a l’activisme serein des membres du gouvernement issus des rangs de partis politiques qui travaillent sur le terrain. Le président de l’Adéma/PASJ, Pr. Tiémoko Sangaré, est rentré dans la danse alors que Zoumana Mory Coulibaly sonne la mobilisation à Ségou et Nango Dembélé ratisse large à Sikasso. Dans la course pour la conservation du fauteuil présidentiel, ne pas demeurés en marge, les très populaires ministres Abdel Karim Konaté dit Empé, Ahmed Boubacar dit Baba Moulaye, Arouna Modibo Touré dit Papou et Oumou Touré. Pour ce qui est de parlementaires, le député et président de la commission défense de l’Assemblée nationale, Karim Kéita, avec un millier de clubs de soutien, entend contribuer à la victoire du Kankélétigui. Sur la même lancée, l’honorable Mahamadou Diarassouba, 1er questeur de l’Assemblée nationale a envahi le Banico tandis que le président l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé est crédité d’une belle assise à Koulikoro, de même Moussa Timbiné qui se peut targuer d’être en phase avec les militants à la base. Dans le vaste nord, le député Bajan Ag Hamatou est à la manœuvre et gagne chaque jour de plus la confiance de son électorat naturel. A Gao, Malick Alhousseini et le douanier Abdrahamane Diakité, membre du RPM, sont engagés pour que le président Kéita rafle la mise, tout comme l’enfant chouchou de Bourem, Haïdara Aïssata Cissé dite Chato. La liste est loin d’être exhaustive puisque Bakary Togola de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (Apcam) est four et au moulin pour le président sortant. Idem pour le président du Haut conseil des Maliens de l’extérieur, Habib Sylla, qui a déjà le glas pour l’opposition. Pour assurer une victoire inoubliable à IBK, les leaders religieux ont déjà leur mot d’ordre à travers le Cheick Ousmane Chérif Madani Haïdara. Des soutiens qui faciliteraient à coup sûr la victoire éclatante à Ibrahim Boubacar Kéita au soir du 29 juillet 2018. Abdoul Latif

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here