Chouala Bayaya Haïdara face à la presse : « J’étais contre la révision constitutionnelle, pas contre IBK…»

16
Le guide spirituel Mouhamadou Chouala Bayaya Haïdara de l’association Hisbouramane était face à la presse le mercredi 27 juin dernier pour parler de son association et la tenue d’une élection paisible au Mali. Plusieurs sujets étaient au menu: son appartenance au mouvement ‘’An tè Abana’’, l’histoire d’un véhicule 4×4 qui lui aurait été offert par le régime en place, sa position avec le pouvoir etc. Le but de cette conférence était d’informer les Maliens sur les activités menées par l’association Hisbouramane au cours de l’année 2018. Mais aussi, appeler le peuple à l’apaisement surtout à la veille de la présidentielle. « Je n’ai jamais été avec l’opposition, nous partagions les mêmes idées à un moment donné. Je n’ai jamais dit aussi que je suis avec un tel ou tel politicien, je n’en suis pas un et je ne suis dans aucun parti politique. Je suis un leader religieux », a précisé le conférencier après avoir détaillé les activités menées par son organisation durant cette année. « Notre organisation a pour but d’aider les plus démunis surtout les orphelins. Nous faisons des forages, nous construisons des écoles et nous œuvrons aussi dans l’humanitaire en distribuant des denrées alimentaires pour les personnes en situation difficile surtout pendant les fêtes et le mois béni de ramadan. Cette année, nous avons construit plus de 100 puits et plus de 7 écoles. Nous avons pu mobiliser plus de 200 millions FCFA. D’autres projets de construction d’écoles sont en cours. De 2012 à nos jours, nous avons éjecté plus de 700 millions FCFA pour la réalisation de nos projets. Ces sommes proviennent de la caisse à travers les cotisations de nos membres qui sont un peu partout dans le monde. Dans l’avenir, nous comptons faire beaucoup de puits et d’écoles pour ceux qui sont dans le besoin. C’est aussi notre contribution pour le développement de ce pays », a-t-il expliqué. Il a saisi l’occasion pour clarifier certaines situations qu’on lui reproche. Il s’agit entre autres de son appartenance au mouvement ‘’An tè Abana’’, l’histoire d’un véhicule 4×4 offert par le régime en place, sa position avec le pouvoir, etc. «J’étais contre la révision constitutionnelle parce que la nouvelle constitution accordait trop de pouvoir au président, pas contre IBK. Mais dire qu’IBK ne doit plus être le président, or la constitution le lui autorise, ce n’est pas mon rôle. Je suis un leader religieux et non un politicien. Si c’est à refaire, je n’hésiterai pas si la même cause venait à se répéter. Même demain, si le président fait une chose qui n’est pas dans l’ordre des valeurs, je serai parmi les premières personnes à le dénoncer avec la manière la plus facile à comprendre. Mais dire que IBK doit partir alors qu’il est en cours de mandat, je ne suis pas dans cette lutte partisane », a précisé Chouala Bayaya Haidara. Avant d’ajouter : «Certains disent que j’étais un acteur incontournable du mouvement ‘’An tè abana’’. Je ne sais même pas ce que cela signifie. On m’a montré des preuves que si la constitution passait, cela donnerait un titre de roi au président. Alors pour sauvegarder nos valeurs démocratiques en faveur des pauvres, je me suis opposé à cela. Je suis sorti comme un citoyen pour marcher avec ledit mouvement. Et cette marche était autorisée. Je ne suis pas un membre du bureau de ce mouvement. La deuxième marche n’était pas autorisée, j’ai refusé d’y participer. C’est après qu’on m‘a appelé pour dire que la marche a été transformée en meeting et que cela est différent de la marche car il n’a pas besoin d’autorisation. C’est ainsi que j’ai été les rejoindre», a-t-il fait savoir. « D’autres disent également que le pouvoir m’a offert un véhicule 4×4. J’ai ma voiture depuis le mois de ramadan 2017. J’avais ma voiture, une range rover que j’ai peint récemment lorsque j’ai participé à la marche contre la révision de la constitution. J’ai six voitures et aucune d’entre elles n’a été achetée par IBK. Ceux qui sont avec l’opposition me traitent de tous les noms parce que j’ai demandé à Soumaïla et à Tièbilé qui sont les leaders politiciens d’annuler leur marche pour éviter un bain de sang. Nous n’étions pas contre la marche mais nous voulions éviter la violence car la tension était montée après la marche réprimée du 2 juin. C’est pour cela qu’on leur a demandé de chercher une autorisation avant celle du 8 juin pour éviter que le sang coule. Ce que j’ai compris dans ce pays, c’est que si quelqu’un dit une vérité qui est en faveur du pouvoir, on le traite de corrompu et d’être avec le pouvoir. Mais si la vérité est à la faveur de l’opposition, on est traité de patriote », a déclaré Chouala Bayaya Haidara. Qui a aussi clarifié les choses sur ses rapports avec le chroniqueur du CDR (Ras Bath) et sa plainte contre un confrère de la radio Nièta. Selon lui, il n’y a pas de problème entre eux et il n’y en aura pas car ce dernier est chroniqueur et lui, il est un guide religieux. Pour le cas de la plainte contre un animateur de la radio Nièta, il dira qu’il n’en est pour rien. Seulement, il a été informé que c’est l’association qui a porté plainte en son nom. «Je ne connais pas ce monsieur, je n’ai pas écouté son émission et je ne vais pas l’écouter. Je leur ai même demandé de retirer la plainte », a-t-il indiqué. Moussa Sékou Diaby

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here