Les pays du G5 Sahel et leurs partenaires examinent le plan de soutien de l’ONU

31
Les pays du G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Burkina Faso, Niger, Tchad) ont débuté samedi à Nouakchott une réunion avec leurs partenaires au développement, consacrée à l'examen du plan de soutien de l'ONU aux pays de la sous-région. Cette rencontre, organisée en marge du 31e sommet ordinaire de l'Union Africaine prévu ce dimanche à Nouakchott, doit permettre "un échange de vues entre les pays du G5 Sahel et leurs partenaires sur la mise en place d'un plan au terme duquel les Nations Unies accordent le soutien nécessaire pour faire face aux défis sécuritaires et économiques auxquels sont confrontés les pays membres du groupe", a annoncé une source officielle. Ce plan a pour objectif d'améliorer la coordination et de renforcer la collaboration avec tous les partenaires de la région, notamment les institutions nationales et régionales, les organisations bilatérales et multilatérales, le secteur privé et les organisations de la société civile, afin de rendre opérationnelles et de mettre en œuvre les résolutions du conseil de sécurité sur le Sahel. Dans un discours prononcé à cette occasion, Smael Ould Cheikh Ahmed, ministre mauritanien des Affaires étrangères, a d'abord rappelé que le Sahel avait "tant souffert de perturbations et d'incertitudes aussi bien agro-climatiques que socio-politiques". "Une telle situation a largement contribué à fragiliser l'Etat de droit dans cette région", a-t-il ajouté. "Il convient de reconnaître que l'initiative du G5 Sahel se présente aujourd'hui comme une approche novatrice en ce qu'elle allie la dimension sécuritaire avec celle du développement durable", a fait remarquer le ministre. "Nous pensons, aujourd'hui qu'il y a de bonnes raisons de regarder cette région avec beaucoup plus d'optimisme et loin des narrations négatives : mettre l'accent sur les énormes potentiels socio-économiques, notamment le patrimoine culturel et touristique, les riches terres pastorales et les multiples fleuves, lacs et grands aquifères, mais aussi les gisements de pétrole, de gaz et de minéraux", a poursuivi le ministre. Par ailleurs, le ministre mauritanien a vivement condamné l'attaque vendredi contre le camp de la Minusma à Sevaré au Mali, revendiquée par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, une coalition terroriste. Il a assuré que les pays du Sahel continueraient avec "une ferme volonté leur lutte coordonnée contre le terrorisme". De son côté, Mohamed Ibn Chambas, président du bureau régional des Nations unies pour l'Afrique occidentale, a indiqué que le Sahel, "grâce à ses richesses, représentait désormais une priorité absolue pour les Nations Unies, non seulement parce qu'il est une bande de terre entre l'Afrique et l'Europe mais aussi parce qu'il dispose d'importantes ressources humaines et naturelles". "La plupart des partenaires ont réitéré leur disposition à accompagner les pays du Sahel pour la réalisation des aspirations de leurs peuples en matière de développement et de prospérité", a assuré le responsable onusien. Le plan d'appui des Nations Unies intitulé "Sahel, terre d'opportunités" cible 10 pays, à savoir la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Tchad, le Sénégal, la Gambie, la Guinée, le Burkina Faso, le Nigeria et le Cameroun. Le plan met l'accent sur six domaines clés, y compris la coopération transfrontalière, la prévention et le maintien de la paix, la croissance inclusive, l'action climatique, l'énergie renouvelable et l'autonomisation des femmes et des jeunes. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here