lancement du programme formation-insertion de l’ANPE : Le spectre de la pauvreté féminine bientôt un souvenir

17
Le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Maould Ben Kattra, a procédé, le vendredi 30 juin, au lancement officiel des activités du programme « formation-insertion » au titre de l’année 2018 de l’Agence Nationale pour la l’Emploi (ANPE). Conformément à la feuille de route du ministère de tutelle, l’objectif du lancement de ces activités est de contribuer à la mise œuvre de la politique nationale de l’emploi à travers l’installation des femmes promotrices d’entreprises dans des activités économiques durables ayant une valeur ajoutée en matière de création et de promotion d’emploi. La cérémonie de lancement a mobilisé foule au siège de l’ANPE avec la présence de nombreux bénéficiaires de kits autour du DG Ibrahim Ag Nock et des membres du conseil d’administration de la structure qu’il dirige. D’un cout estimé à plus de 35 millions de FCFA, l’ANPE va ainsi contribuer, à travers lesdites activités, à la création et à la consolidation de 253 emplois. Selon Ibrahim Ag Nock, en référence à la lettre de cadrage pour l’élaboration du plan de travail annuel 2018 adopté par son conseil d’administration, l’ANPE a inscrit nombre d’activités dans la feuille de route du ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle au nombre desquelles figurent la formation-insertion en Techniques de séchage et de transformation agro-alimentaire, la formation-insertion en fabrication de savon semi-industriel, ainsi que des projets d’auto-emplois et de renforcement des capacités des associations de femmes de la filière lait. Pour ce qui est des lots de kits distribués, ils sont comprennent 6 séchoirs, 2 unités laitières composées de réfrigérateurs, de bassines, de bidons et de congélateurs, 2 unités de savonnerie semi-industriel composés de machine, de moule, de table de coupe et des matières d’œuvre, 1 kit d’aire d’abattage et d’appareil de déplumer de poulet. Enfin, à l’intention du collectif des femmes tresseuses du marché de Médina-Coura, l’ANPE a aménagé et éclairé un espace. Le Dg en a profité pour préciser que ces actions ont été réalisées à la suite de besoins exprimés par les différentes associations et demandeurs d’emploi et que le choix des bénéficiaires a été fait selon une procédure et des critères de sélection. Parmi les bénéficiaires, on dénombre entre autres des associations de femmes issues de toutes les communes du District de Bamako, un promoteur et un vendeur de poulet au marché de Bolibana. Ces sessions de formation-insertion, selon M. Nock, s’inscrivent dans le plan stratégique de développement de l’ANPE et son souci de faire de l’emploi rural et de l’autonomisation des femmes une priorité. Il a également donné l’assurance que toutes les autres activités de son agence, inscrites dans la feuille de route seront exécutées à terme au niveau des régions. Pour ce faire, il dit compter sur le soutien et l’accompagnement de la tutelle et de tous les acteurs impliqués. Le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle s’est réjoui pour sa part que l’ANPE réponde favorablement à la demande des différentes associations dans le cadre de ses activités de promotion d’emploi. Et d’assurer de l’accompagnement de l’ANPE du gouvernement à travers son département à soutenir les petites unités de transformation agroalimentaires des femmes avant de féliciter l’Agence pour la réalisation de ces activités. Lesquelles, aux yeux du Ministre, sont en parfaite adéquation avec la stratégie et la vision de son département et celle des plus hautes autorités, pour autant qu’elles visent à amoindrir la dépendance économique des femmes et d’atteindre la sécurité et la souveraineté alimentaire du Mali. Tout en espérant que les kits contribueront à une insertion durable, le ministre de l’Emploi de la Formation Professionnelle a déploré la faible contribution de la transformation agricole à la création de richesse et de valeur ajoutée au Mali. Il l’a exprimé en rappelant le cri du cœur ci-après du président IBK sur la question : « Notre pays a trop souffert de l’exportation de ses produits. C’est pour cela que nous pensons qu’il temps, il est grand temps que nous songions à les transformer sur place ». Selon le ministre, l’investissement dans l’autodétermination des femmes est l’une des voies les plus sures pour éradiquer la pauvreté et accroitre l’économie de façon inclusive. Or les femmes ne disposent que de 15% des terres pour 80% des ressources alimentaires produites sur le continent africain. Chargé par le président IBK de trouver du travail pour les Maliens, le ministre Ben Kattra a profité de cette occasion pour exhorter les jeunes en quête d’emploi à explorer le créneau rural comme l’agriculture, l’élevage, l’aviculture, la filière-lait, la pêche l’arboriculture, le maraichage et la pisciculture, etc. Amidou Keita Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here