Croisade de la Sonatam contre la contre-bande: 100 cartons de cigarettes incinérés

25

Toutes les cigarettes qui tombent entre les mains sont-elles bonnes à consommer ?
La réponse est assurément non ! C’est du moins, le principal message qu’on retient de la cérémonie d’incinération de 100 cartons de produits du tabac, pour une valeur marchande estimée à 140 millions de FCFA, que nos forces de sécurité (la Police et la Gendarmerie) et les Douanes maliennes ont saisis pour les remettre à la disposition de la Société nationale de tabac et allumette du Mali (SONATAM).

La Société nationale des tabacs et allumettes du Mali (SONATAM) a procédé, hier jeudi, à l’incinération de plus de 100 cartons de produits tabagiques, pour une valeur marchande, estimée à 140 millions de FCFA.
L’opération a eu lieu dans la chaudière de BATEX CI, à la zone industrielle de Bamako.
Elle a regroupé autour du directeur général de la SONATAM, Issouf Traoré, outre le représentant du ministère du Développement industriel, le chef des opérations de la Gendarmerie nationale, le lieutenant-colonel Olivier Diassana, le représentant du commissariat du 3è arrondissement et celui de la Direction générale des douanes. Le tout, sous le regard vigilant et le contrôle du représentant du Cabinet Me Abdoul Karim Traoré, Huissier de justice. Cette saisie est le fruit d’une franche collaboration entre tous les services de répression.
Contrairement aux autres opérations, cette séance d’incinération ne concerne que les seuls produits de contrebande.
Elle concerne, dans un premier temps, la destruction de plusieurs centaines de cartons de produits de la Société nationale des tabacs et allumettes du Mali (SONATAM) qui sont devenus impropres à la consommation. D’après les explications fournies par le Directeur général de la Société, lorsqu’un paquet de cigarettes reste plus d’une année sur le marché, il devient impropre à la consommation. Voilà qui justifie la destruction d’une partie de la cargaison du véhicule ayant servi au transport des marchandises.
Le second lot de produits incinérés concerne, selon toujours les explications du premier responsable de la Direction, plusieurs autres centaines de paquets de cigarettes qui ont été abimés au cours d’un transport des containers sur l’axe Bamako-Dakar.
Quant à la troisième catégorie de marchandises brulées, elle concerne les saisies des produits de tabac de la contrebande par les services de répression sur quatre versants principaux : la frontière guinéenne où 90 % de cigarettes de la contrebande sont saisies ; celle de la Mauritanie ; la frontière Nord-Burkina et la frontière ouest du Niger.
Fleuron de l’industrie malienne, la société est un acteur et un contributeur majeurs au budget de l’État. Ainsi, ayant pour activités la production, l’importation, la commercialisation et la distribution de cigarettes au Mali, la SONATAM est un des plus grands contributeurs aux recettes de l’État. En 16 années d’activités (2001-2017), elle a injecté dans notre économie, environ 414 milliards de FCFA, dont 392 milliards de FCFA d’impôts et taxes et 22 milliards de FCFA de charges sociales. Mais, selon Issouf Traoré, cette contribution pouvait être meilleure, si l’entreprise n’est pas victime de la fraude qui gangrène son secteur d’activité.
Pour autant, le DG de la SONATAM de souligner que les efforts engagés ont produit les résultats attendus. Ce, d’autant plus qu’ils ont permis de dégraisser fortement le poids de la fraude dans le commerce des cigarettes au Mali qui est « passé de 60 %, il y a des années de cela, à seulement moins de 10 %.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here