Présidentielle 2018: un membre influent de la CMA apporte son appui à Poulo

18

Ibrahim Ag Mohamed ASSALEH, au nom de son Mouvement républicain pour la paix et l’unité (MRPU), a déclaré le samedi dernier dans un hôtel de la place qu’ils voteront Housseini Amion GUINDO, le candidat des Partis unis pour la république (PUR) au scrutin du 29 juillet.

Devant la presse, M. ASSALEH a annoncé la nouvelle en présence du candidat lui-même ainsi que les collaborateurs des deux personnalités. Un soutien de taille pour les partisans du soutien à Housseini Amion GUINDO. En effet, Ibrahim Ag Mohamed ASSALEH est l’un des membres influents du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et de la Coordination des mouvements armés (CMA). Au plan politique, il a une base dans certaines localités du nord pour avoir été maire puis député à l’Assemblée nationale.
Avant sa décision de soutenir Poulo, M. ASSALEH a rappelé qu’il avait l’intention de se porter candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet au nom de son Mouvement en vue de changer les données une fois élus président de la république.
« IBK, au lieu de nous amener vers la paix en mettant l’accord en œuvre, nous a conduit droit au mur et le pays au chaos. J’ai même demandé de le changer avant la fin de son mandat pour éviter le pire», a déclaré M. ASSALEH. Et c’est pourquoi il voulait être candidat avant d’y renoncer.
« De tous les partis politiques et de tous les candidats que j’ai côtoyés et avec qui j’ai eu un échange sur leur vision et leur ambition pour le Mali, en général et pour le nord en particulier, nous sommes arrivés par conviction à la conclusion que le candidat Housseini Amion GUINDO est celui qui pourra rassembler les Maliens quelle que soit leur appartenance », a indiqué M. ASSALEH, avant d’ajouter que c’est pourquoi il a renoncé à sa candidature au profit de celle de Poulo.
« Je déclare, au nom du Mouvement républicain pour la paix et l’unité et au nom de tous ceux-là que je représente au sein du MNLA et de la CMA, que nous soutenons la candidature de Housseini Amion GUINDO pour la magistrature suprême. J’appelle aussi tout le peuple malien en général et les populations des régions nord et des camps de réfugiés ainsi que la communauté Idnane et ses alliés en particulier à voter massivement pour Housseini Amion GUINDO », a-t-il lancé.
Après avoir salué M. ASSALEH et le reste de son mouvement pour l’avoir choisi comme leur candidat, Housseini Amion GUINDO a signalé que la priorité au Mali est de rassembler le peuple, à travers sa classe politique. Il redoute pour le Mali de réussir la paix, d’assurer la sécurité, de faire face au développement, de maintenir la cohésion tant que les acteurs politiques sont profondément divisés.
« Notre conviction est de rétablir la confiance entre les gouvernants et les gouvernés. Sans elle, nous ne pouvons jamais faire face aux questions d’insécurité. A cause de la méfiance, les gens sont obligés de se confier à des terroristes. Le jour où les Maliens vont se réconcilier réellement, il aura très peu de place pour la terreur », est-il persuadé.
Le candidat des PUR a également dénoncé la mauvaise répartition des ressources publiques qui seraient également l’une des raisons du malaise entre l’Etat et son peuple.
«Les biens de l’Etat ne profitent qu’à une élite politique. Au même moment, le désespoir a gagné toutes nos campagnes, tous nos villages », a-t-il critiqué, tout en expliquant que l’homme politique doit incarner les difficultés de son peuple.
Il a également souligné que les Maliens ne font plus confiance aux programmes parce que ceux qui sont derrière ces documents ont toujours manqué d’honnêteté, de loyauté.
« Ils (les hommes politiques) promettent des systèmes éducatifs et sanitaires au peuple. Mais après, ils amènent leurs enfants ailleurs pour étudier ou bénéficier des soins de santé. C’est cela que j’appelle de la déloyauté », a expliqué M. GUINDO.
Pour lui, les meilleurs juges de la guerre sont des soldats tués. Donc, il ne peut pas admettre que « quelqu’un qui n’a pas ses enfants au Mali affrontant les mêmes conditions de vie que les autres enfants et qui se soigne à ailleurs vient nous parler des défis de développement ».

Par Sikou BAH

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here