Croissance et Développement du Mali: l’élaboration de la stratégie Post-CREDD lancée

4

L’hôtel Laïco Amitié a abrité, ce lundi 16 juillet, le lancement officiel des travaux du processus d’élaboration de la nouvelle stratégie nationale de développement du Mali (stratégie post-CREDD) et de l’étude prospective ‘’Mali 2040’’. La cérémonie était présidée par le ministre de l’Economie et des finances, le Dr Boubou CISSE, en présence de plusieurs membres du gouvernement.

Ont également pris part à la cérémonie, le chef de file des partenaires techniques et financiers, l’ambassadeur Jolke OPPEWAL des Pays-Bas, le président du Conseil national du patronat du Mali, Mamadou Sinsin COULIBALY, ainsi que le représentant du président du Conseil national de la société civile et plusieurs acteurs.
Dans son allocution, le président du Conseil national du patronat du Mali, Mamadou Sinsin COULIBALY, a affirmé qu’il est nécessaire de mettre en œuvre des réformes quand un pays est à une phase cruciale de son évolution. Aussi faut-il bien réfléchir, savoir choisir par où commencer les reformes et surtout ne jamais se tromper.
Il a reconnu la volonté du gouvernement de s’attaquer à des réformes structurelles et à l’assainissement des finances publiques.
Le président du Patronat a tout de même attiré l’attention de la société civile et de la sphère publique, sur la nécessité de mettre l’accent sur les priorités, c’est-à-dire la compétitivité des entreprises et de l’administration publique qui constitue le noyau du redressement économique du Mali.
M. COULIBALY a rappelé que la première source de financement des entreprises est l’autofinancement. Aussi a-t-il invité à mettre en priorité la baisse des charges des entreprises qui est la solution pour se projeter dans le futur avec aisance et lucidité.
Le président du CNPM, au nom de l’ensemble du secteur privé, a salué l’initiative de la poursuite des activités post-CREDD, tout en réaffirmant l’engagement de sa structure aux côtés du Gouvernement, des Partenaires techniques et financiers et de la Société civile en vue d’un Mali uni, apaisé, prospère et émergent.
Il a enfin souhaité que certaines préoccupations du Secteur privé et de la Société civile soient prises en compte dans l’élaboration de la nouvelle Stratégie de Développement Post-CREDD.
A son tour, l’ambassadeur Jolke OPPEWAL a souligné que ce document constitue pour les partenaires techniques et financiers la base sur laquelle ils vont bâtir avec les maliens leurs politiques et programmes d’aide.
« La stratégie post-CREDD demeurera pour nous toute la référence essentielle de notre coopération mutuelle au moment où débutera un nouveau cycle politique crucial pour le Mali. Nous apprécions beaucoup que le Gouvernement ait jugé bon de coupler l’exercice de préparation de cette stratégie à celui de la révision jusqu’à l’horizon 2040 de la vision issue de l’Etude Nationale Prospective (ENP) Mali 2025 », a affirmé le chef de file des PTF.
Pour lui, ce couplage, au-delà des problématiques qui seront traitées par la stratégie, sera de nature à assurer la prise en compte des grands défis auxquels le Mali sera confronté de manière de plus en plus aigüe dans les années qui viennent.
Pour sa part, le ministre de l’Economie et des finances, le Dr Boubou CISSE, a ajouté que l’élaboration de la nouvelle stratégie nationale de développement post-CREDD et de l’étude prospective Mali 2040 déterminera le cadre d’orientation et de conduite de la nouvelle stratégie nationale de développement à moyen et long termes de notre pays.
Il a informé que le Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable, qui arrive à son terme le 31 décembre 2018, a enregistré des résultats jugés globalement satisfaisants. Pour preuve, le Dr CISSE a noté que le taux de croissance du PIB s’est établi à 5,8% en 2016 et 5,3% en 2017 après avoir été de 6,0% en 2015 et 7,0% en 2014.
Il a expliqué que la gestion des finances publiques est marquée par un accroissement significatif des recettes budgétaires et une maitrise des dépenses publiques, conduisant à une soutenabilité budgétaire accrue, qui a permis de dégager un espace budgétaire pour faire face à l’ensemble des obligations régaliennes de l’Etat.
« En dépit des résultats appréciables, il convient de reconnaitre que de nombreux défis restent encore à relever dans les principaux domaines et secteurs de développement. Le défi sécuritaire reste immense ; la gouvernance sous toutes ses formes demeure un des principaux défis ; le défi de la transformation agro-industrielle des productions céréalière et cotonnière, les secteurs sociaux de base connaissent des performances limitées du point de vue de la couverture territoriale », a précisé le ministre de l’Economie et des finances.
Le ministre a indiqué que tous ces défis seront au cœur des réflexions en vue de définir des orientations pertinentes et des stratégies opérationnelles efficaces pour conduire l’action publique sur le prochain cycle de planification et de programmation.
Cette stratégie, affirme-t-il, devra tirer le meilleur parti des évaluations et des leçons apprises de la mise en œuvre du CREDD, de l’Accord pour la paix et la réconciliation, du Programme présidentiel d’urgences sociales, des politiques sectorielles en cours et de toutes les initiatives pertinentes susceptibles de contribuer aux réflexions pour bâtir une nouvelle trajectoire de développement inclusif et durable pour notre pays.
Concernant l’étude prospective 2040, le Dr Boubou CISSE a affirmé que sa réalisation fait suite aux conclusions de la Journée de la prospective de janvier 2014 qui a recommandé de fonder la future stratégie de développement sur une nouvelle vision de long terme.
A la suite des différents discours, une note d’orientation pour l’élaboration de la stratégie post-CREDD et la réalisation de l’étude prospective Mali 2040 a été présentée par Mahamadou Zimbo MAIGA.

PAR MODIBO KONE ET KORKA SISSOKO (STAGIAIRE)

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here