Campagne présidentielle : IBK joue à l’apaisement

18

Avant son déplacement dans les régions septentrionales, le président de la République était dans la région de Mopti. Où, malheureusement, sa campagne a été endeuillée avec un accident ayant causé la disparition de trois braves gens (Paix à leur âme). Aussi bien dans la Venise que partout au Mali où il est passé, il joue à l’apaisement.

A quelques jours du 1er tour prévu au 29 juillet, IBK était dans la 5ème région administrative pour animer des meetings d’échanges et de recevoir.

Président sortant de la République, il est en train de s’appuyer sur son bilan qu’il juge positif. D’où pour lui son engagement à briguer un second mandat pour terminer avec les chantiers en cours. C’est pour cela, qu’après la région de Koulikoro, IBK est allé dans la région de Sikasso puis à Kayes. Dans celle de Mopti, il a écourté son périple pour assister aux obsèques des illustres disparus.

Néanmoins, le lundi 16 juillet, l’avion du président a atterri à l’aéroport de Sévaré pour une tournée régionale. Dans le pays dogon, il commence par Bandiagara, Bankass, Koro puis Mopti. Dans ces villes, il a animé des meetings devant des populations sorties massivement et enthousiasmées, selon les proches du président présents dans lesdites villes. Dans ces contrées, le président, au vu de la tension qui monte, a appelé les uns et les autres à l’apaisement. Il a indiqué qu’il n’est pas un fou de pouvoir mais un fou du Mali. Alors, il demande à chacun de mettre le Mali au-dessus de tout. Il a eu à aborder le problème de la milice d’autodéfense dogon Dana ambassagou. A cet effet, sans langue de bois, IBK a laissé entendre que force doit rester à la loi tout en reconnaissant le droit aux chasseurs de s’occuper de la chasse et non de la défense des personnes et de leurs biens. Cette prérogative, relève-t-il, étant l’obligation régalienne de l’Etat.

Au finish, il a fait un détour à Djenné où il a présenté ses condoléances les plus attristées à la famille du jeune Nouhoum Cissé dit Abba avant de rejoindre Bamako.

Enfin, pour lever toute équivoque, le candidat Ibrahim Boubacar Kéita a indiqué partout où il s’est rendu qu’il demande un second mandat pour l’intérêt du peuple et non pour sa propre personne. Et il a précisé que le verdict reste dans les mains du peuple qu’il prie de sortir retirer le sésame, la carte d’électeur, pour pouvoir voter.

B. DABO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here