Affaire des fichiers parallèles : La réponse du gouvernement ne satisfait pas la CMD

20

Dans le cadre des opérations électorales du 29 juillet prochain, il nous est parvenu de la direction de campagne du candidat Cheick Modibo Diarra, ce lundi 23 juillet 2018, un communiqué dans lequel la coalition CMD déplore l’existence de plus de 1,2 million d’électeurs fictifs avec des éléments de preuve à l’appui dont le gouvernement n’apporte aucun démenti fondé sur des éléments tangibles.

Optimisation de la Fonction de Secrétaire et d'Assistant(e) de Direction
Selon le communiqué de la Direction de campagne du candidat Cheick Modibo Diarra (CMD) reçu par le journal Le Pays, de graves inquiétudes risquent d’hypothéquer le processus électoral en cours au Mali. Car, grâce aux efforts et à la détermination des acteurs politiques, les Maliens viennent de découvrir la méthode de victoire mise en place par le régime d’IBK et son gouvernement à l’insu de la communauté nationale et internationale. Laquelle consistait à ruser les Maliens par le vol de voix de l’électorat. Pour ce faire, avec leur système antidémocratique, le pouvoir actuel a osé faire croire au peuple qu’en dehors de la tricherie, le deuxième mandat du président sortant est quasiment impossible dans la mesure où le peuple déçu a promis de faire un vote-sanction contre ce régime moribond.

À ce titre, conformément aux dires du communiqué de la direction de la CMD, l’existence de plus de 1,2 million d’électeurs fictifs avec des preuves à l’appui, a été remarquée par la coalition appartenant au candidat Cheick Modibo Diarra. Selon ledit communiqué, la réaction gouvernementale n’est pas suffisante, parce que n’apporte aucun démenti fondé sur des éléments de preuves tangibles.

Suivant la teneur dudit communiqué, le taux de distribution des cartes d’électeurs à Mopti, Tombouctou et Kidal est extrêmement élevé pour des zones où l’administration est moins présente dans un contexte où la population a d’autres préoccupations que le retrait des cartes. La situation présente suscite des appréhensions par le fait qu’en dépit des multiples problèmes existant dans le septentrion, le taux de distribution des cartes excède 80% alors qu’à Bamako le taux est inférieur à 50%. Chose qui donne libre cours à des incertitudes par rapport à la transparence de cette élection présidentielle. Dans ces conditions, il est fort probable que des contestations conduisant à des conflits post électoraux surviennent.

Compte tenu de cela, la coalition autour de Cheick Modibo Diarra avait demandé au gouvernement d’organiser une rencontre d’ici ce matin afin d’échanger sur ces différentes situations non moins inquiétantes.

Mamadou Diarra, stagiaire

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here