Élection présidentielle, CHEICK Modibo Diarra promet des institutions fortes pour «Sauver le Mali»

27

«Nous voulons bâtir un Mali démocratique, basé sur des institutions républicaines fortes et légitimes ». Telle est l’ambition affichée par le candidat Cheik Modibo Diarra dans son projet de société « Sauvons notre Mali». Décliné en cinq axes principaux, ce projet de société qui tient sur 18 pages promet, entre autres, de bâtir un « Mali en paix avec lui-même», de «construire un Mali juste, équitable » et qui « préserve les intérêts des générations futures» et de « donner à la jeunesse des raisons d’espérer… »
A cet effet, le candidat du Rassemblement pour le développement du Mali (RPDM) propose des mesures ou actions fortes qui seront, si le peuple lui accorde sa confiance, un traitement de choc complet et efficace pour un développement économique et humain durable. Pour y arriver, sa priorité consistera à «éteindre définitivement les germes d’une rébellion cyclique». Pour ce faire, il s’engage à s’atteler, après avoir clarifié des aspects qui prêtent à controverse, à l’accélération de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix en matérialisant « le désarmement, la démobilisation et la réinsertion des combattants ». Ainsi, cette armée nationale reconstituée et reflétant la diversité aura la tâche de rétablir la paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire.
Cette paix retrouvée sera durable grâce à l’amélioration de la gouvernance aux niveaux central et décentralisé. Les rapports entre l’administration et usagers et la répartition équitable des richesses seront garantis par une justice indépendante pour tous les citoyens. Pour cela, le navigateur interplanétaire propose une séparation et un équilibre des pouvoirs entre l’exécutif, le législatif et le pouvoir judiciaire. Car Cheick Modibo Diarra se dit convaincu que, pour éviter les abus de pouvoir, les institutions doivent pouvoir exercer un contrôle mutuel les unes sur les autres. Entre autres mesures à prendre pour arriver à cet équilibre, il promet de «sortir le président de la République du Conseil supérieur de la magistrature», de «faire obligation aux cours et tribunaux (y compris la Cour suprême) de publier les décisions de justice incluant leur motivation».
Après avoir doté le pays d’une justice équitable soutenue par une gouvernance vertueuse reposant sur la compétence, le candidat du RPDM compte déclencher son programme de développement économique durable. Pour ce faire, il s’engage à mettre à profit les avantages comparatifs dont dispose notre pays dans des domaines comme la production de céréales sèches, la riziculture irriguée, la production de fruits et légumes, l’élevage, la pêche fluviale… Pour assurer un développement agricole durable, le candidat promet la sécurisation foncière des exploitations agricoles familiales. Aussi, entend-il « intensifier les aménagements hydro agricoles afin de sécuriser les conditions de production » et promouvoir les « agro-industries dans des filières porteuses afin de booster la croissance et les exportations grâce à l’accès aux technologies, au crédit agricole, la réalisation d’infrastructures collectives ainsi que « la mise en marché aux niveaux national, sous-régional et international.
Dans le domaine de l’élevage, Cheick Modibo Diarra projette l’augmentation des productions animales. Ce, grâce à l’amélioration génétique, la protection du cheptel contre les épizooties, l’augmentation de la production d’aliment-bétail, la facilitation de l’accès aux crédits des différents segments des chaînes de valeurs. Aussi, prévoit-il de rendre accessibles les intrants et équipements d’élevage de qualité , les semences fourragères et animales, les concentrés d’aliment etc.
Pour consolider ces acquis et attirer davantage d’investissements, Cheick Modibo Diarra promet le développement d’infrastructures électriques, de communication, d’infrastructures routières, ferroviaires et aériennes. Le but étant la réduction du coût des facteurs de production afin de rendre nos produits compétitifs. A titre d’exemple, il entend, pour booster l’industrialisation, procéder à la réalisation de zones industrielles adaptées, mettre à disposition un dispositif tarifaire protégeant la production nationale et compatible avec les engagements internationaux, et la promotion des produits artisanaux et locaux à travers leur utilisation par les autorités en premier.
Toutes ces réalisations seront accomplies par des Maliens en parfaite santé, bien formés et qui auront la chance de mettre en pratique leurs connaissances professionnelles et techniques. Car, pour le candidat, la politique en matière de développement humain visera une éducation de qualité accessible à tous les enfants en âge scolaire, la formation continue des enseignants des ordres primaires et secondaires et la formation diplômante des enseignants du supérieur en nombre suffisant.
Cheick M. TRAORE

BIOGRAPHIE

Cheick Modido Diarra est né en 1952 à Nioro du Sahel. Il fit ses études primaires à Ségou et fréquenta le lycée technique de Bamako de 1969 à 1972. Après le baccalauréat, il a poursuivi ses études en France où il décrochera à l’Université Pierre et Marie Curie de Paris une licence en Mathématiques, Mécanique analytique et Physique. Cheick Modibo Diarra s’est rendu ensuite aux Etats-Unis où il obtiendra un Ph.D. en Génie mécanique en 1987. De 1984 à 1989, il fut professeur assistant à l’Ecole d’ingénieurs de l’Université de Howard.
Navigateur interplanétaire au Jet Propulsion Laboratory de juillet 1989 à novembre 2002, Cheick Modibo Diarra a occupé le poste de directeur des programmes d’éducation et d’information du programme d’exploration de la planète Mars. Il a été révélé au grand public par le célèbre programme spatial américain Mars Pathfinder.
Il a été le premier «chief executive officer» de l’Université virtuelle africaine (2002-2003). Depuis 2006, il est le président de Microsoft Corporation pour l’Afrique.
Du 17 avril au 11 décembre 2012, il a dirigé le gouvernement de transition de 2012 en tant que Premier ministre de pleins pouvoirs, suite au coup d’Etat du 22 mars.
Marié et père de trois enfants, Cheick Modibo Diarra affectionne particulièrement l’agriculture. Il tient aussi « de façon particulière au respect de certaines valeurs de notre société telles que le sens de la famille, le travail bien fait, l’intégrité, le stoïcisme, le sens de la responsabilité et l’amour de la patrie ». Cheick Modibo Diarra est titulaire des distinctions honorifiques du Mali et de plusieurs autres pays d’Afrique et d’Europe.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here