Élection présidentielle : Le PIDPA déploie 53 observateurs sur le terrain

14

Le président de Plan international pour la Démocratie et la Paix en Afrique (PIDPA), Jean Marie Ngondjibangangte, et le président de l’antenne burkinabè de l’Association Mahamar Kadhafi pour la Paix et l’Unité nationale, Saidou Compaoré, ont expliqué leurs missions de supervision de l’élection du président de la République. C’était lors d’une rencontre mercredi dernier.
Premier à intervenir, le président du PIDPA a, tout d’abord, rappelé que son office est une Ong œuvrant dans la bonne gouvernance démocratique. «L’observation des élections est notre cheval de bataille», a affirmé M. Ngondjibangangte. Par ailleurs, assurant que le PIDPA déploiera 53 observateurs à partir d’aujourd’hui. Il a ajouté que ces observateurs couvriront toute l’étendue du territoire national.
«Au-delà, nous allons aussi envoyer nos observateurs à l’étranger, notamment en France, Cameroun, Côte d’ivoire pour suivre le processus électoral», a déclaré le patron du PIDPA. Pour lui, le Mali reste un exemple en Afrique en matière de processus électoral. «Il est tout à fait normal que ce peuple malien qui mérite la paix soit accompagné», a affirmé le président du PIDPA qui a ajouté que la paix passe aussi par les élections.
En outre, Jean Marie Ngondjibangangte a indiqué que les élections, d’une manière générale, constituaient un tournant décisif dans la vie socio-politique et économique d’un pays. Il dira que le PIDPA a de bons rapports avec les autres observateurs, notamment avec ceux de la CENI. «Nous travaillons avec les observateurs nationaux pour pouvoir produire un rapport objectif », a assuré le président du PIDPA avant de lancer un appel à tous ceux qui se sont inscrits sur la liste électorale à procéder au retrait de leurs cartes d’électeur afin de voter dimanche prochain. Pour sa part, le président de l’antenne burkinabè de l’Association Mahamar Kadhafi pour la Paix et l’Unité nationale a révélé que sa mission s’inscrivait dans le cadre de la synergie d’actions avec les autres sociétés civiles. « Toutes les sociétés civiles doivent être à mesure de contribuer à ce que la stabilité et la tranquillité règnent sur tout le continent africain», a déclaré Saidou Comparé, assurant que son mouvement contribuera à ce que la tranquillité, la démocratie et la paix règnent dans notre pays.
Ce fut l’occasion pour lui d’appeler les candidats à la retenue et surtout à accepter les résultats qui seront déclarés par la Cour constitutionnelle. «Il n’y aura qu’un vainqueur, le peuple malien. Il n’y a pas d’autres alternatives que de tout faire pour que le Mali soit uni, un et indivisible», a conclu Saidou Comparé.
Bembablin
DOUMBIA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here