L’ONU met en garde contre la détérioration grandissante de la sécurité au Sahel

13

Dans son sixième rapport sur la situation en Afrique de l’ouest et au Sahel, le secrétaire général des nations unies, Antonio Gutterres s’est inquiété de la détérioration de la sécurité dans cette région, du fait de la multiplication de l’action des groupes armés extrémistes de plus en plus solidaires.

Optimisation de la Fonction de Secrétaire et d'Assistant(e) de Direction
Ce rapport semestriel publié la semaine dernière précise que les attaques menées dans la région du Sahel ces derniers mois ont compliqué davantage la situation faisant plusieurs morts. L’ONU s’est inquiétée de l’utilisation accrue par ces groupes de mines et explosifs, particulièrement au Burkina Faso et au Niger.

Le rapport ajoute que le Burkina avait continué d’essuyer des attaques tout au long de ses frontières avec le Mali, en plus d’incursion de combattants de l’état islamique depuis le grand Sahara, traversant la frontière avec le Niger.

Le mouvement Ansar Al Islam a mené des attaques contre des forces de sécurité et des populations civiles dans la région de Soum nord, à Ouagadougou, alors que des agressions plus importantes ont été enregistrées dans des régions jusqu’ici épargnées.

Au Niger, la présence de groupes armés non gouvernementaux pourrait être renforcée dans la région ouest à Tillabéry où des groupes armés affiliés à l’état islamique dans le grand Sahara sont actifs et se sont attaqués à des services sécuritaires et à d’autres intérêts.

Le rapport du secrétaire général des nations unies donne un aperçu sur l’évolution de la stratégie intégrée des nations unies au Sahel, et s’inquiète de l’extension de la violence à d’autres zones, jusqu’ici épargnées.

Le document ajoute par ailleurs que la situation dans le domaine de la paix et la sécurité en Afrique de l’ouest et au Sahel, est restée otage des conditions sécuritaires qui ont prévalu au Mali, au Nigéria et au Niger et la détérioration de la situation sécuritaire au Burkina Faso.

Les conflits violents entre les populations nomades et les agriculteurs se sont accrus et se sont compliqués dans toutes les régions du Sahel.

Youssouf Konaré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here