Le directoire de campagne du candidat Soumaïla Cissé face à la presse : « Il y aura un 2ème tour entre Soumaïla Cissé et IBK »

3

Le projet du camp présidentiel de gagner au 1er tour est déjà un échec Hier, lundi 30 juillet 2018, Tiébilé Dramé, directeur de campagne du candidat Soumaïla Cissé était face à la presse au quartier général (QG) de campagne sis à Hamdallaye ACI 2000 de Bamako. Dans une déclaration sur le scrutin présidentiel tenu le 29 juillet 2018, Tiébilé Dramé a soutenu que le Président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) est contraint à un second tour. « Nous sommes à mesure de vous dire aujourd’hui qu’il y aura un 2ème tour de cette élection présidentielle entre Soumaïla Cissé et Ibrahim Boubacar Keïta. Nous nous acheminons bel et bien vers un 2ème tour. Cela veut dire que le projet du camp présidentiel de gagner au premier tour est déjà un échec », a-t-il dit. Par ailleurs, il a signalé qu’il y’ a eu bourrage d’urne dans certaines localités du pays. A cet effet, le directeur de campagne, Tiébilé Dramé a demandé à un recomptage contradictoire des voix.

«Nous avons notre propre centre de compilation de résultat et nous sommes à mesure de vous dire aujourd’hui qu’il y aura un 2ème tour de cette élection présidentielle entre Soumaïla Cissé et Ibrahim Boubacar Keïta. Nous nous acheminons bel et bien vers un 2ème tour. Cela veut dire que le projet du camp présidentiel de gagner au premier tour est déjà un échec. Malgré l’achat de conscience, nous irons à un second tour. Le président sortant est évidemment contraint à un second tour. Le takokelén n’a pas eu lieu », a déclaré à la presse Tiébilé Dramé.

Il a ajouté que le scrutin organisé le dimanche 29 juillet 2018 a été entaché de nombreuses irrégularités et de défaillances graves, qui vont peser, indéniablement, sur le résultat définitif. A l’en croire, des observateurs électoraux ont recensé plus de 1000 incidents. « Par ailleurs, en raison de l’insécurité dans le Nord et le Centre, le vote n’a pas pu avoir lieu dans 12 circonscriptions. Nous en tenons le pouvoir pour responsable. Nous invitons le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation à rendre publique la liste exhaustive des localités affectées ainsi que le nombre précis d’électeurs concernés par bureau de vote. Ces graves dysfonctionnements ont nuit à la participation pour ce grand rendez-vous démocratique », a-t-il déploré. Au cours de ce point de presse, Tiébilé Dramé a indiqué qu’il y’a eu bourrage d’urne dans plusieurs localités comme Tarkint (Nord du Mali) où le candidat Ibrahim Boubacar Keïta se retrouve avec 8000 voix contre zéro voix pour Soumaïla Cissé. En outre, il a dénoncé le fait que le candidat IBK détient 3335 voix à Gargando, 6500 voix à Talataye, 8000 voix à Salam.

Selon Tiébilé Dramé, cela est impossible car ces zones sont favorables au candidat Soumaïla Cissé. « Nous contestons à l’avance ces résultats et nous demandons un recomptage contradictoire des voix », a-t-il souhaité. Selon Tiébilé Dramé, la victoire du président sortant dès le premier tour est exclue. « Nous exigeons des autorités qu’elles prennent toutes les mesures qui s’imposent, dans la perspective du second tour du 12 août prochain, afin d’éviter la réédition de ces graves manquements. Nous en appelons également à la communauté internationale afin qu’elle joue pleinement son rôle et de garantir aux Maliens et aux Maliennes un scrutin libre, sincère et transparent », a déclaré le directeur de campagne de Soumaïla Cissé.

Au cours de ce point de presse, Tiébilé Dramé a lancé un appel aux candidats à un vaste mouvement démocratique pour réaliser l’alternance. « L’aspiration au changement est aujourd’hui incarnée et portée par la candidature de Soumaïla Cissé. Nous en appelons donc au rassemblement de toutes les forces vives du pays pour changer le destin de notre pays, pour ramener la paix et la sécurité, pour restaurer l’autorité de l’Etat, pour lutter contre la corruption, pour aider les plus défavorisés, pour soutenir les jeunes, pour promouvoir les femmes, pour relancer l’économie. En un mot, pour restaurer l’espoir », a-t-il dit.

Répondant aux questions des journalistes, le conférencier a précisé qu’il laisse le soin à l’administration de rendre publics les résultats provisoires qui seront transmis par la suite à la Cour Constitutionnelle. Enfin, il a souhaité que la parenthèse du président IBK soit fermée.

Aguibou Sogodogo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here