Manipulation du scrutin présidentiel : Le forcing IBK en cours pour un ‘’takokélé’’ risque de plonger le pays dans une crise post-électorale

1

Dans la journée du 29 juillet où se tenait l’élection présidentielle, le gouvernement a censuré les réseaux sociaux via la connexion internet auprès des opérateurs, sans en informer les populations.

Cette énième pratique constitue une entorse grave à la liberté d’expression garantie par la Loi fondamentale. La moindre des choses était d’informer. Aujourd’hui, internet est devenu une véritable « Entreprise Nourricière » pour une jeunesse versée dans un chômage galopant, qui a su mettre en pratique des idées innovantes de commerce en ligne et autres.

Avec cette censure, elle passe à côté de véritables opportunités d’affaires. Un préjudice irréparable comme d’habitude !

L’idée de cette perturbation tendait essentiellement d’empêcher la publication de résultats du scrutin du 29 juillet sur les réseaux sociaux très suivis.

Dans la nuit du 29 juillet, vers 19h, ce que le gouvernement se tuait à empêcher fini par arriver, mais cette fois sur une station radio de la capitale, précisément la Radio « Kledu » qui ne manquait pas de se prêter à un jeu ridicule de proclamation de résultats avec la complicité du gouvernement, en des localités favorables à IBK, notamment Bamako et Ségou, maintenant du coup le silence radio sur les localités où IBK était en mauvaise posture : Gao, Kayes, Tombouctou, la Diaspora, etc…

Cette technique de communication vise essentiellement à manipuler l’opinion et à préparer les mentalités pour une éventuelle victoire d’IBK dès le 1er tour, un «Takokélé » qui est impossible à ce stade…

La vigilance des uns et des autres, à travers d’autres moyens de communication, a permis de faire tomber des résultats des zones défavorables.

Retenez juste que le camp IBK veut faire un forcing et ça échouera…

La peur d’aller à un deuxième tour reste le vecteur clé de ce boucan. Au regard des résultats reçus dans les différents QG de partis, tout indique un 2é tour. C’est une assurance de taille !

L’URD et L’ADP-Maliba n’ont pas attendu pour décrier ce hold-up électoral éhonté, orchestré par le gouvernement. Cette tentative a déjà échoué avec les sorties de l’URD et de l’ADP-Maliba, enfonçant le clou avec la constation de bourrages d’urnes par le régime.

Après avoir été démasqué pour le tripatouillage du fichier audité, de la violation l’article 109 du code électoral sur le vote par procuration, le gouvernement tombe dans la bassesse absolue, se livrant à une propagande médiatique sur la radio Klédu.

Avec toutes ses dérives, l’ultime question reste : Dans une ambiance électrique avec constations de toutes ses dérives qui veut plonger le Mali dans le chaos ?

Ibrahima Ben

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here