Présidentielle au Mali: la radio de l’activiste « Ras Bath » fermée

4

Renouveau FM, la radio de l’activiste contestataire « Ras Bath », très influent auprès de la jeunesse malienne, a été fermée jeudi sur ordre du gouverneur de Bamako, alors que le Mali attend toujours les résultats du premier tour de la présidentielle du 29 juillet.

« Le gouverneur nous a notifié sa décision cette après-midi et la radio a cessé d’émettre », a déclaré à l’AFP un autre animateur vedette de Renouveau FM, Ras Kebé, considérant qu’il s’agissait d’une « victoire » prouvant que le pouvoir est « aux abois ».

Le gouverneur du district de Bamako, le colonel Débérékoua Soara, estime que Mohamed Youssouf Bathily, dit « Ras Bath », a tenu sur antenne mardi soir des « propos d’incitation à la haine et à la révolte », selon sa décision datée du 1er août dont l’AFP a obtenu une copie.

Renouveau FM « est fermée jusqu’à nouvel ordre (…) en vue de préserver l’ordre public et la tranquillité dans le district de Bamako », indique le gouverneur.

Dans son émission « Cartes sur Table », Ras Bath, pourfendeur de la corruption aux propos souvent virulents, avait dénoncé des « bourrages d’urnes » et l’incapacité de l’Etat à assurer la sécurité sur une partie du territoire, selon Ras Kebé.

Admiré comme un « guide » par une partie de la jeunesse, Ras Bath, juriste de formation et adepte du mouvement rastafari, est l’un des principaux soutiens du chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé.

M. Cissé, 68 ans, est considéré comme le favori pour affronter au second tour –prévu le 12 août–, comme en 2013, le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta, qui à 73 ans brigue un second mandat de cinq ans.

Alors qu’ils doivent être annoncés au plus tard vendredi, les résultats du premier tour n’étaient toujours pas entièrement « compilés » jeudi à la mi-journée, selon des sources administrative et diplomatique.

Quelque 700 bureaux de vote sur 23.000, principalement dans le Nord et le centre, n’ont pas pu ouvrir dimanche en raison d’incidents violents, mais le scrutin s’est « déroulé dans le calme » sur le reste du territoire, selon la mission d’observation de l’UE.

Fin 2017, Ras Bath avait été acquitté après avoir été condamné en première instance à 12 mois de prison pour « incitation à la désobéissance des troupes ». L’annonce de son interpellation fin août 2016 avait entraîné des manifestations de protestation à Bamako, faisant un mort, des dizaines de blessés et d’importants dégâts.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here