Conflits entre agriculteurs et éleveurs : L’une des inquiétudes des chefs d’état et de gouvernements de la CEDEAO

14

Ces derniers temps, des éleveurs peulhs et des agriculteurs du Mali en particulier et de la Sous-région en général sont en conflit entrainant d’énormes pertes en vies humaines et matériels. Une inquiétude qui remonte au niveau international poussant les Dirigeants Des Etats concernés à s’y impliquer pour trouver une solution de sortie de crise.

Au cours du Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernements de la CEDEAO et de la CEEAC, du 30 juillet dernier, à Lomé, au Togo, il a été aussi question de traiter le sujet des conflits entre éleveurs et agriculteurs sévissant au plan sous-régional. C’est un dossier ayant retenu l’attention des participants parmi les problèmes traités lors dudit Sommet.

Il faut dire que ces violents conflits menacent non seulement la stabilité des communautés ethniques, mais aussi ça tend à devenir une crise à dimension la transfrontalière.

La multitude et l’étendue de ces conflits inquiètent fortement nos Chefs d’Etat. C’est pour cette raison qu’ils engagent les Ministères en charge de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Sécurité des Etats à se mettre à la tâche résoudre ce problème à travers des consultations régulières et aussi avec la participation des organisations des secteurs d’agriculture et d’élevage.

Selon les Chefs d’Etat, cette recommandation permettra d’examiner en profondeur la situation et proposer des mesures pour prévenir et gérer de manière pacifique tous les contours du problème lié aussi aux changements climatiques.

Il faut souligner que, pour cela, il a été demandé aux concernés : « d’examiner les questions liées aux flux migratoires et aux changements climatiques dans l’espace commun et d’en faire rapport lors de leur prochain Sommet. », souligne le communiqué final de ce sommet.

C’est en 2020, à N’Djamena que se tiendra le prochain sommet conjoint des Chefs d’Etat de la CEDEAO et de la CEEAC.

Mahamadou Sarré, Stagiaire

Copyright Malijet © 2008 - 2018. Tous droits réservés

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here