Reconnaissances des résultats par les candidats : Soumaïla Cissé va-t-il respecter sa propre tradition ?

5

En 2013, sans attendre la proclamation des résultats provisoires du second tour de la présidentielle, le candidat Soumaïla Cissé s’est rendu au domicile de son challenger Ibrahim Boubacar Kéïta pour lui féliciter. Fera-t-il la même chose cette année encore?

Optimisation de la Fonction de Secrétaire et d'Assistant(e) de Direction
La reconnaissance des résultats par les candidats vaincus est un acte de courage et de patriotisme salué à sa juste valeur. Une preuve de maturité politique et de sagesse démocratique indéniablement constructive qui s’inscrira et restera gravée à jamais dans les annales de l’Histoire de la Nation. Généralement, le candidat perdant se limitait à un coup de téléphone pour reconnaître sa défaite en félicitant son adversaire gagnant de l’élection.

En 2013, au Mali, cette pratique traditionnelle dans certains pays, comme le Sénégal, a été faite par le déplacement du candidat perdant Soumaïla Cissé et sa famille au domicile d’IBK, sis au quartier de Sébénicoro, en Commune IV du District de Bamako, pour lui féliciter fraternellement. Ce qui a mis fin à tout risque de crise postélectorale à l’échelle nationale. «J’ai sacrifié à la tradition malienne qui veut que le cadet se déplace chez l’aîné pour participer à son rayonnement et le féliciter», avait affirmé Soumaïla Cissé en son temps.

Soumi saura rééditer la tradition qu’il a instauré en 2013 ou pas ?

Ce geste de Soumaïla Cissé a surpris plus d’un, même dans son propre entourage en rassurant les Maliens. Pour cette année 2018, où le même duel l’oppose à IBK, reste à savoir si Soumi va respecter sa propre tradition au cas où son adversaire venait à remporter à l’issue du prochain second tour.

Après avoir félicité son cadet IBK de sa victoire, Soumaïla Cissé disait ceci : «Je ne poserai aucun acte, je ne tiendrai aucun propos susceptible d’affaiblir mon pays ou de porter atteinte à la cohésion de notre nation. C’est au regard de la fragilité de la situation du pays que mes alliés et moi ne souhaitons pas ouvrir une page de contestations et d’instabilité au Mali. Alors nous déclarons solennellement accepter les résultats que le Gouvernement proclamera. Je n’introduirai aucune requête auprès de la Cour constitutionnelle… ». C’est à la fois historique, patriotique et démocratique.

Crédité de 17,80% des suffrages à l’issue du premier tour de cette présidentielle de 2018, selon les résultats provisoires du Ministère de l’Administration Territoriale, le candidat Soumaïla Cissé se classe deuxième. Si les résultats provisoires venaient d’être confirmés par la Cour Constitutionnelle, Soumaïla Cissé sera au second tour du scrutin contre IBK, 41,42%, le 12 août prochain.

Actuellement, c’est le temps des alliances électorales qui est à l’ordre du jour. Cela, et pour IBK et pour Soumaïla Cissé afin de renforcer chacun sa position.

Au passage, notons que si certains candidats attendent les résultats définitifs pour officialiser leurs soutiens à tel ou tel candidat au second tour, la seule femme candidate à cette élection, Mme N’Diaye Djénébou Kanté a rejoint quant à elle les rangs du candidat IBK.

En attendant le rendez-vous du 12 août, les Maliens s’interrogent si les résultats qui seront proclamés seront acceptés par le camp de Soumaïla Cissé ou celui-ci va féliciter le vainqueur comme il l’a fait, il y a cinq ans.

En tout cas, c’est une belle tradition qu’il a instauré et en Homme de parole donnée, le candidat Soumaïla Cissé doit rééditer le même geste pour la stabilité du pays.

Abdoul Latif

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here