Les preuves de la fraude électorale

183

Les compilations et analyses des résultats par des observateurs nationaux et internationaux permettent aujourd’hui, de dépasser les polémiques sur l’existence ou non d’une fraude massive qui a fait son lit sur le processus électoral malien, notamment la présidentielle en cours.

A cet effet, le « Rapport d’analyse des résultats officiels du 1er tour de l’élection présidentielle », de la Coalition pour l’Observation Citoyenne des Elections au Mali (COCEM), rendu public le 13 août, vient accréditer et conforter les récentes démonstrations (preuves à l’appui) du candidat Me Mountaga Tall. Le président du CNID- Fyt, qui plus est, un des pères de la démocratie malienne, a établi la preuve de la manipulation des résultats ; le tripatouillage à guise et la transformation de la volonté populaire, lors de l’élection présidentielle du 29 juillet 2018.

A l’instar de la commune VI où des résultats ont été tripatouillés et redistribués aux candidats, selon l’esprit de la manœuvre et le bon vouloir du maître du jour, pour faire valoir le déni électoral, des centaines de bureaux de vote à travers le pays ont connu le même sort. Comme on peut le comprendre aisément dans le rapport de la COCEM composée d’observateurs irréprochables. On est parvenu à cette découverte grâce aux exigeantes recommandations des observateurs, qui ont demandé la « publication des résultats, bureau de vote par bureau de vote ». Il a suffit que le ministère de l’Administration territoriale s’exécute pour que de grosses ficelles de la fraude se fassent découvrir au grand jour. Comme on ne change pas un système qui gagne, la machine de la fraude a été mise en marche, également au second tour.

Lors de son point de presse le 12 août, Cécile Kyenge de la Mission d’observation de l’Union Européenne a reconduit sa doléance de voir publiés les « résultats bureau de vote par bureau de vote ». Et cela, bien sûr avant la proclamation des résultats définitifs par la cour constitutionnelle, pour permettre au droit de recours de s’exercer librement. La direction de campagne du candidat Soumaïla Cissé avait dénoncé la veille des premier et second tours, l’existence d’un fichier parallèle et d’un carnet de bulletin de vote en circulation. Les vérités de Tiebilé Dramé sont elles en train de triompher ? Le fait de l’insécurité dans le pays va-t-elle servir de paravent pour se maintenir au pouvoir ?

B Daou

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here