Contre les violences électorales en 2018 : Le réseau genre de la Cedeao au Mali sensibilise les jeunes

18

Le Réseau des femmes pour la paix, sécurité au niveau de l’espace CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), section Mali, a organisé le 17 août 2018, dans le Bloc Z de l’Université des Sciences Juridiques et Politiques de Bamako (USJPB), une campagne de sensibilisation, d’éducation citoyenne des jeunes pour une pacification massive sans violence aux différentes échéances électorales de « 2018 au Mali).

Ladite campagne financée par le centre genre de la CEDEAO, étaient coprésidée par la présidente du Réseau des femmes pour la paix, sécurité au niveau de l’espace CEDEAO, section Mali, Me Saran Kéita, le Pr Naffé Kéita avec comme conférencière Mme Kané Nana Sanou. Elle (campagne) a ét concernée 200 jeunes étudiants. Les raisons de la tenue de cette campagne sont simples, selon Me Saran Kéita. «Nous avons organisée cette campagne à l’endroit des jeunes pour avoir des élections apaisées dans notre pays en 2018. A l’endroit de la jeunesse car elle constitue la franche la plus importante du pays avec plus de 60% de la population.

Nous les mettons à contribution car c’est eux qui sont les plus utilisés, exposés lors des avant, pendant et après campagnes électorales pour être les bras armées des violences électorales. Nous les sensibilisons pour qu’ils comprennent cela, qu’ils refusent de prendre part à ces violences électorales et qu’ils sensibilisent au sortir d’ici leurs parents, amis connaissance qui ne sont pas venus suivre cette formation. Nous les avons demandés par ailleurs d’être des bons citoyens en faisant qui ? En sortant pour voter, remplir leur devoir civique même sans avoir de préférence parmi les candidats. Cela pour rehausser le taux de participation », a justifié Me Saran Kéita.

La conférencière Mme Kané Nana Sanou a abordé de long en large avec les jeunes étudiants que le vote est un devoir civique. « Vous n’êtes pas obligé d’avoir un candidat de votre choix pour voter. Même si vous n’avez pas de candidat, il faut voter, accomplir ce devoir de citoyenneté. Vous ne devez pas refusé de voter aussi même si vous êtes découragé par les hommes politiques, par le système de démocratie que nous vivons avec le non respect des règles démocratiques par les dirigeants.

C’est à nous de voir comment s’impliquer plus pour changer ce qui ne vas pas, se réveiller, refuser de monnayer sa voie électorale contre 2000, 5000, 10000 ou même 50000 FCFA. Nous devons voter en âme et en conscience sinon c’est les mêmes pratiques, mêmes dirigeants qui viendront toujours. Nous devons savoir que les modiques sommes ne feront pas les cinq ans qu’ils feront à nous diriger souvent mal. Changeons de mentalité, pour que les plus de citoyens aient le courage de voter. Les gens ne se déplacent pas pour voter car les politiques ont échoué à leurs yeux. Sinon comment comprendre que sur un peu plus de 8 millions d’électeurs cette année que c’est trois millions seulement qui ont voté ? Cela dénote clairement l’échec des politiques aux yeux du peuple. Recensons nous, ayons nos cartes d’électeurs et votons à chaque élection», a déclaré Mme Kané Nana Sanou.

En sommes, indique le Pr Naffé Kéita, c’est un éveil de conscience qui nous est demandé d’éviter les violences, de sensibiliser pour participer plus aux joutes électorales du pays pour apporter le changement qu’on veut. Bref, d’être un bon citoyen.

Rappelons que le réseau des femmes pour la paix, sécurité au niveau de l’espace CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), section Mali, a pour objectif principal la recherche de la paix de la sécurité dans l’espace CEDEAO.

Hadama B. Fofana

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here