Intermédiaire : Activité précaire mais juteuse

9

Bamako est la plus grande agglomération du pays avec une densité importante. Ses habitants viennent de divers horizons, notamment des campagnes, villes, voire des autres capitales voisines de la sous-région. Pour des raisons de survivance, certains sont obligés d’exercer des métiers précaires comme celui d’intermédiaire ou coxeur. Ceux qui pratiquent cette activité, évoluent dans plusieurs sectaires.

Nous, nous sommes intéressés aux coxeurs du secteur des transports qui semblent avoir pignon sur rue. Ces intermédiaires fonctionnent à plein régime pendant les fêtes ou à l’orée de la rentrée scolaire. Ils cherchent des passagers ou voyageurs pour les compagnies de transports au prix de petits intéressements que celles-ci leur reversent au prorata des « lients» trouvés. Tidiane Konaté, surnommé «Djo », est un jeune intermédiaire depuis 6 ans. A la fin de son cursus universitaire en droit public, le jeune juriste qui n’entendait pas se tourner les pouces, a entrepris des activités dans ce sens. «Nous sommes le lien entre les compagnies de transport et les passagers», explique notre interlocuteur.

Il relève que certains passagers viennent simplement s’enquérir des horaires de voyage et de la disponibilité des places.

Le jeune diplômé travaille au compte de la compagnie Bani-Monotié qui fait le trajet Bamako-Bougouni-Sikasso. «Si j’amène un passager en partance pour Sikasso, je gagne 500F contre 300 Fcfa pour Bougouni», confie le coxeur par nécessité. Même s’il aurait aimé exercer dans les tribunaux, le jeune intermédiaire arrive à joindre les deux bouts. Sa recette journalière peut souvent atteindre 10.000 FCFA. L’activité lui permet de soutenir sa petite famille et les siens restés au village.

Les coxeurs tiennent à lever toute équivoque sur leur intention réelle. Ils ne veulent pas être confondus aux badauds et autres petits pickpockets qui écument les gares routières. Cette confusion crée parfois la méfiance chez ceux des passagers ou voyageurs qui acceptent volontiers le service des intermédiaires pour se faciliter l a vie. Les coxeurs déplorent cette situation et comptent sur la bonne compréhension des passagers des compagnies de transport. Pour éviter la confusion, certaines sociétés de transport ont trouvé l’alternative des badges. Elles ont confectionné ces insignes qui permettent d’identifier les coxeurs qui cherchent des voyageurs pour elles. Les coxeurs apprécient cette initiative qui s’inscrit dans la valorisation de leur métier.

Moussa Koné, directeur général de la compagnie Bani-Monotié, est satisfait du travail de ses jeunes intermédiaires. «Ils nous facilitent le travail dans l’environnent concurrentiel du secteur des transports interurbains parce qu’ils nous amènent des passagers», affirme-t-il. Aminata Diaby, une passagère en instance de voyage, pousse un ouf de soulagement au passage de notre équipe de reportage. Elle explique avoir bénéficié de conseils d’un intermédiaire qui lui a permis d’éviter un voyage qui aurait été désagréable du fait de l’état du véhicule. «Les coxeurs connaissent tous les bons cars», explique-t-elle.

A la gare routière de Sokoniko, sur la rive droite de Bamako, on dénombre 50 jeunes «coxeurs» travaillant pour les compagnies de transports, selon les chiffres annoncés par Tidiane Konaté. « Nous voulons faire connaitre ce métier à nos compatriotes parce qu’il peut contribuer aussi au développement du pays», dit-il. Il est aussi utile de préciser qu’il y a beaucoup de jeunes diplômés qui sont des intermédiaires.

Moumini TRAORÉ

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here