Après «l’enlèvement et la séquestration» de Paul Ismaël Boro : L’Opposition appelle à une nouvelle marche ce samedi pour exiger sa libération

2

Quelques heures après l’enlèvement du vice-président du Mouvement Mali kanu, Paul Ismaël Boro, le directeur de campagne du candidat de l’Union pour la République et la Démocratie (Urd), Tiébilé Dramé, a animé, le lundi 27 août dernier au Quartier général (QG) de campagne de Soumaïla Cissé sis à Hamdallaye Aci 2000, un point de presse pour dénoncer et condamner cet acte.

Prenant la parole, le directeur de campagne de Soumaïla Cissé dira que le vice-président du Mouvement Mali kanu, Paul Ismaël Boro, a été enlevé à son domicile devant sa famille en violation de toutes les règles de l’Etat de droit. Avant d’être emmené par ses ravisseurs vers une destination inconnue. ” Nous prenons à témoin l’opinion nationale et internationale, les organisations de défense des droits humains en particulier sur les dérives autocratiques et liberticides du régime d’IBK. Nous exigeons la libération sans délai de Paul Ismaël et la fin des pratiques d’un autre âge “, a déclaré Tiébilé Dramé. Par ailleurs, il dira qu’une nouvelle manifestation pacifique contre la fraude électorale est prévue pour demain samedi 1er septembre à Bamako.

Il a saisi l’occasion pour dénoncer vigoureusement cette arrestation qu’il qualifie d’extrajudiciaire. ” Il a été arrêté chez lui, menotté, les yeux bandés, mis à genou dans son salon pendant qu’une dizaine d’hommes armés ont investi sa résidence à Koulouba sur la route de Kati, fouillé et refouillé les chambres de sa maison à la recherche de soi-disant armes de guerre. On soupçonne Paul Ismaël Boro d’avoir soi-disant armé les manifestants lors de la marche pacifique du samedi dernier. C’est une accusation ridicule et sans fondement. Ce qui est arrivé à Koulouba n’est pas une arrestation, mais un enlèvement par des hommes aux visages masqués “, a déclaré Tiébilé Dramé.

Selon lui, après avoir saccagé les chambres de la maison de Paul Ismaël Boro, ses ravisseurs l’ont amené vers une destination inconnue, dans une prison secrète quelque part dans les environs de Bamako, en dehors de tout contrôle judiciaire, sans mandat. “ A cette heure, la famille et les amis de Paul Ismaël Boro sont sans nouvelle de lui. Idem pour le procureur de la commune III aussi bien que le procureur anti-terroriste. C’est une gravité particulière, le Mali est devenu un pays sans foi ni loi, les règles de l’Etat de droit sont bafouées “, a-t-il martelé. A ses dires, l’institution judiciaire ne sait pas ce qu’est devenu un citoyen malien privé de ses libertés. Et de rappeler la position de la Coalition “ Restaurons l’espoir ” qui, à travers un communiqué de presse diffusé hier lundi, a condamné l’enlèvement et la séquestration, dans la nuit du 26 au 27 août, de Paul Ismaël Boro, vice- président du Mouvement Mali Kanu par des individus armés et portant des cagoules.

Dérives autocratiques et liberticides du régime d’IBK

La Coalition prend à témoin l’opinion nationale et internationale, les organisations de défense des droits humains en particulier sur les dérives autocratiques et liberticides du régime d’IBK. Et d’exiger la libération sans délai de Paul Ismaël et la fin des pratiques d’un autre âge. “ Cet enlèvement est scandaleux et inadmissible. Tous les masques du régime Ibrahim Boubacar Keïta tombent les uns après les autres. Ce sont les escadrons qui font la loi à Bamako. Ce n’est pas acceptable “, a poursuivi le directeur de campagne de Soumaïla Cissé. Par ailleurs, il a rappelé la descente musclée de la Direction générale de la Sécurité d’Etat (Dgse) dans les locaux de l’agence de communication Smart Media (l’agence chargée de la communication du candidat Soumaïla Cissé, le 12 août dernier. A ses dires, à la suite de ce raid, dit-il, plusieurs responsables ont été interpellés par le 14ème arrondissement. Le même jour, poursuit-il, le technicien monteur Abel Konna Kouassi a été enlevé chez lui dans les mêmes conditions que Paul Ismaël Boro par des hommes cagoulés. ” Il a été détenu pendant 48 heures soumis à la torture et au traitement cruel inhumain, dégradant, sans nourriture, sans eau, dans une pièce noire sans lumière. Au bout de 48 heures, il a été jeté sur une route de Bamako, à la sortie de Kati “, a-t-il déploré. En outre, il a signalé qu’il y a eu la tentative d’enlèvement du directeur de Smart Média. ” Il est fort regrettable que la sécurité d’Etat dont la mission est noble, celle de protéger notre pays contre le terrorisme, celle de veiller à la sécurité de notre pays et son peuple, soit détournée de sa mission cardinale pour être transformée en police politique au service d’un régime. Ce que les tenants du pouvoir font avec la Sécurité d’Etat est inacceptable. Nos libertés sont menacées sous IBK. Nous dénonçons et condamnons l’arrestation de Paul Ismaël Boro “, a renchéri M. Dramé.

Un pool d’avocats est déjà constitué

A l’en croire, un pool d’avocats est déjà constitué pour assister le désormais ex directeur de campagne du candidat Modibo Koné, Paul Ismaël Boro. “ Ils veulent intimider les forces démocratiques, ils croient, par ces actions et ces menaces, qu’ils arriveront à nous intimider et abandonner le seul combat qui vaille aujourd’hui, celui contre le détournement du vote des Maliens. D’ailleurs, nous appelons l’ensemble des Maliens à une nouvelle mobilisation nationale le 1erseptembre à Bamako, à l’intérieur aussi bien qu’à l’extérieur du Mali pour exercer une pression populaire démocratique pacifique et non violente sur les fraudeurs d’Etat “, a-t-il dit.

Pour finir, il a dénoncé la perquisition sans mandat du domicile de Paul Ismaël Boro.

” La Cour pénale internationale (Cpi) pourrait juger les cas de manquement des droits humains au Mali. Car, cela fait cinq ans que l’opposition organise ses manifestations sans incident. La souveraineté appartient au peuple, le dernier mot revient au peuple. Nous luttons pour le développement du Mali. La démocratie malienne est en danger, personne ne peut nous détourner de notre lutte. Nous n’accepterons pas la violation de l’état de droit “, a-t-il conclu.

Boubacar PAÏTAO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here