Laurent Larcher: «La France d’Emmanuel Macron fait l’économie du tragique de l’histoire»

23

« Dans sa recherche de profits économiques à tout prix, la France d'Emmanuel Macron s'accommode de régimes qui bafouent les valeurs démocratiques », affirme Laurent Larcher, qui publie, aux éditions du Cerf, l'ouvrage Au nom de la France ? Les non-dits de notre diplomatie. Du Togo à Djibouti, en passant par le Tchad et le Burundi, le journaliste du quotidien La Croix passe au scanner la politique africaine d'Emmanuel Macron. Laurent Larcher répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

RFI : Vous dites que dans sa politique étrangère Emmanuel Macron est plus près de Machiavel que de Montaigne, l’homme des principes. Est-ce qu’Emmanuel Macron est machiavélique ?

Laurent Larcher : Tout au moins, il se range derrière Montaigne comme la plupart des dirigeants français. Mais comme ses prédécesseurs, il distingue la morale privée de la morale publique, je crois, et il pratique une politique qui consiste à servir nos intérêts sans toujours prendre garde aux moyens utilisés pour obtenir ses fins.

Vous dites qu’Emmanuel Macron a une approche plus « entrepreneuriale » de l’Afrique que ses prédécesseurs. « La preuve, son Conseil présidentiel pour l’Afrique, et notamment son attelage franco-béninois constitué par Jules-Armand Aniambossou et Lionel Zinsou ». Pourquoi « entrepreneuriale » ?

C’est-à-dire que l’Afrique est un champ d’opportunités dans lequel on doit investir dans l’esprit de l’entreprise, comme si nos relations ne pouvaient tourner qu’autour de cet axe-là, économique et entrepreneuriale.

Le business d’abord ?

Absolument. Simplement, est-ce qu’on peut construire une politique, une relation avec l’Afrique qui ne tourne qu’autour de l’économie ? Moi, je m’interroge : est-ce qu’il n’y a que cette voie-là ? Elle est nécessaire, mais elle fait l’économie, me semble-t-il, du tragique de l’histoire, des lourdeurs et de la pesanteur de nos existences, et notamment des difficultés que connait l’Afrique qui ne sont pas que des difficultés économiques, mais aussi des difficultés politiques, des difficultés sociales, des difficultés culturelles.

Vous comparez le centriste Emmanuel Macron au roi orléaniste Louis Philippe et à son ministre François Guizot qui disait il y a deux siècles aux Français : « Enrichissez-vous ». Et vous dites parce qu’« il privilégie la raison économique sur tout autre chose, le régime d’Emmanuel Macron s’accommode très bien de régime autoritaire comme le régime chinois ou le régime togolais ».

Source : aBamako

aBamako

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here