Les Commissariats de police de Sikasso enregistrent une avancée notoire en matière de respect des Droits de l’Homme

1

La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) dans le cadre de sa mission de protection et de promotion des Droits de l’Homme est actuellement en visite de terrain dans la région de Sikasso. Au cours de cette visite, la délégation dirigée par la vice présidente Mme Djourté Fatimata DEMBELE s’est rendue dans les deux commissariats de la ville de Sikasso.

La situation des Droits de l’Homme dans ces commissariats est satisfaisante dans l’ensemble. Le Commissariat du 1er arrondissement a été le premier à recevoir la délégation. La CNDH a déploré dans ce commissariat la vétusté du bâtiment qui abrite les personnes gardées à vue. Le bâtiment est grand mais la toiture est défectueuse l’eau de la pluie rentre partout et empêche les détenus de dormir.

Dans ce commissariat, il faut encourager surtout les traitements que les agents réservent aux détenus. Au moment de la visite, il n y avait que deux détenus dont le procureur est déjà informé de leurs situations. Donc on ne peut pas parler de dépassement de délais de garde à vue ici. Malgré le manque de fonds pour la nourriture des détenus, c’est le commissaire, Soumana TRAORE lui même qui met la main dans la poche pour acheter de la nourriture pour les détenus. Ici, le commissaire TRAORE a exprimé le besoin de formation en notion de Droits de l’Homme à la CNDH.

Dans le commissariat du 2è arrondissement de Sikasso, le constat est la même, une avancé notoire à été constatée. Il y avait un seul détenu qui a été arrêté le même jour, donc pas de dépassement de délais de garde à vue. Il faut souligner aussi qu’il y a dans ce commissariat deux cellules de garde à vue, une pour les femmes et une autre pour les hommes. Il n’y a pas de cellule pour les mineurs qui selon le commissaire sont rarement gardé à vue.

La délégation a seulement déploré le fait que la garde à vue est trop exposée aux visiteurs et qu’une personne gardée à vue bénéficie toujours de la présomption d’innocence. Une recommandation a été faite dans ce sens en vue de palier cette situation. Le commissaire du 2è arrondissement, Boubacar SIDIKI FANE aussi a exprimé des besoins de formation de ces agents.

La délégation de la CNDH a exprimé sa satisfaction de la situation de Droits de l’Homme dans ces deux commissariats, mais a invité les responsables de redoubler d’efforts pour améliorer encore la situation.

Fsanogo depuis Sikasso pour aBamako.com

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here