Soumaila Cissé à propos de l’investiture d’IBK : «Il n’est plus que le chef d’un clan qui s’accroche au pouvoir par la corruption, la fraude et la violence »

24

À l’appel de Soumaïla Cissé, candidat de la plateforme Ensemble pour le Mali, plusieurs milliers de manifestants se sont donné rendez-vous, hier à l’esplanade de la Bourse du Travail. Le mot d’ordre du jour était clair : «Contester l’investiture d’IBK » frauduleusement réélu à la suite des deux tours de l’élection présidentielle.

Quelques heures après la cérémonie officielle de prestation de serment d’IBK dans la salle Bazoumana Sissoko du Palais de la Culture Amadou Hampaté Bah de Badalabougou, des milliers de jeunes, d’hommes et de femmes, tous, motivés en faveur du Candidat Soumaïla Cissé, ont envahi l’esplanade de la Bourse du Travail de Bamako. Des personnalités politiques et de la société civile, des sympathisants venus des coins et les recoins de la capitale et environnants étaient présents à ce meeting.

Sur les pancartes des milliers de manifestants, on pouvait lire des messages de contestation et de dénonciation du «Holdup électoral». Le candidat Soumaïla Cissé, en boubou blanc, aux sourires rassembleurs, après avoir remercié les manifestants qui ont répondu massivement à son appel à Bamako et ailleurs, a déclaré que cette lutte s’inscrit dans le cadre de la restauration de la démocratique Malienne à l’agonie: « Vous êtes de plus en plus nombreux à marcher, à manifester et à protester pour dire non à la fraude et pour dénoncer les agissements et les pratiques d’un régime discrédité, pour ramener le Mali sur le chemin de la fierté, pour défendre notre démocratie si chèrement acquise. En un mot, vous êtes les dignes héritiers des fondateurs de la Nation malienne et des martyrs de mars 1991 ! », a-t-il entonné. S’agissant des résultats définitifs du second tour proclamés par la Cour Constitutionnelle, le Chef de file de l’opposition s’est dit indigné face à ces résultats honteux: « Ces résultats sont le fruit de bourrages d’urnes massifs, de mise en circulation sous le manteau de cartes d’électeurs, de trafic de procurations et de votes doubles à grande échelle, de refus d’accepter nos assesseurs dans plus du tiers des Bureaux de vote et d’une compilation qui a échappé à tout contrôle sur la base d’un fichier électoral avarié. Voilà les faits et la vérité », a-t-il martelé devant ses sympathisants avant de les appeler à rester unis pour la lutte qui n’a fait que commencer: «Nous finirons par gagner et triompher ; car, nous sommes majoritaires dans ce pays. Le régime qui ose vouloir nous diriger et nous représenter n’a plus aucune légitimité à compter de ce jour. Oui à compter de ce jour, je le dis haut et fort, Ibrahim Boubacar Kéïta n’est plus notre Président. Il n’est plus que le chef d’un clan qui s’accroche au pouvoir par la corruption, la fraude et la violence. Cette investiture qui nous est imposée aujourd’hui n’est qu’une imposture ! Notre Cour Suprême, après la dernière requête de nos Avocats démontrant la forfaiture de la Cour Constitutionnelle, a raté l’occasion de rentrer dans l’Histoire démocratique du Mali par la grande porte », a-t-il rajouté.

Nous y reviendrons…

Seydou Konaté : LE COMBAT

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here