Enlèvement du DG de l’ONG El Farouk à Bamako : Les mosquées de Bamako en ont fait l’écho vendredi

30

La Communauté musulmane de Bamako, depuis les mosquées, à l’occasion de la prière du vendredi saint, s’insurge contre cet état de fait, menaçant du coup, la quiétude sociale des populations et des personnalités de Bamako. Dans la colère, les mosquées annoncent une marche de protestation contre ce fléau.

Depuis quelques jours, le N°1 de l’ONG El Farouk a été enlevé dans son quartier de résidence par des individus non identifiés sous l’apparence des forces de défense et de sécurité.

Selon les faits, c’était le 3 septembre dernier aux environs des 5 Heures du matin, quand Ibrahima Kontao quittait la mosquée pour son domicile. C’est là, malheureusement, qu’il est fait intercepté et amené à une destination inconnue. Le véhicule à bord duquel étaient ses ravisseurs ressemblait à celui de la Gendarmerie nationale.

Mais, en attendant les résultats de l’enquête menée par le Département de la Sécurité et de la Protection civile avec, si possible, la Sécurité d’État, les fidèles des mosquées de Bamako en ont parlé lors de leurs sermons du Vendredi saint. Les Imams en ont fait non seulement l’écho, mais aussi, ont tous exprimé leurs ras-le-bol contre ce comportement frisant le terrorisme d’État au cœur de Bamako contre des innocents citoyens. Lors de la prière, dans une mosquée, sise au quartier de Garantiguibougou, en Commune V du District de Bamako, l’Imam du jour a, vers la fin de son «Koutouba», soulevé l’attention de la Communauté musulmane sur ce triste scénario qui selon lui, si l’on n’arrive à y prendre garde, risque de perdurer et de n’épargner personne.

Parlant du premier Responsable de l’ONG en question, l’Imam soulignait que l’Homme est connu par ses œuvres d’assistance humanitaire. Il est celui qui reçoit l’aide et l’appui du Quatar destiné à notre pays. Il est imaginable que ce dernier fasse l’objet d’une séquestration ou de chantage en échange de sous. «Nous, à notre niveau, un certain nombre de réactions s’impose», souligne l’Imam, très en colère. Et il ajoutera qu’il sera, à la fin cette prière, formulé des prières et bénédictions spéciales pour qu’il soit libéré saint et sauf. À cela, s’ajoute une grande marche de protestation à Bamako pour non seulement réclamer la libération d’Ibrahim Kontao, mais aussi et surtout interdire cette mafia qui n’épargnera aucune personnalité à l’avenir. Aux dernières nouvelles, selon l’Imam, Kontao se trouverait actuellement sur le territoire de Bamako.

Mohamed BELLEM : LE COMBAT

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here