Nouveau gouvernement: Safia Boly, un passé sulfureux ?

3140

Depuis le 11 septembre, un rapport sur le passé professionnel de la nouvelle ministre de la Transparence de la Vie publique circule sur Internet. Pour les faits, Safia Boly a été coupable d'abus de pouvoir et de manque de professionnalisme quand elle était aux Nations Unies.

Elle s'est acharnée sur une subordonnée qui a refusé de signer « un document douteux ». Un passé professionnel peu glorieux, selon un observateur qui s’interroge si ceux qui ont choisi la bonne dame pour être ministre étaient au courant du jugement des Nations Unies contre elle. «Je ne sais pas si ça aurait changé quelque chose.

Mais je pense qu'avec ce genre de jugement, sa carrière est finie dans les organismes internationaux », raconte la même source. Le jugement en en anglais est disponible à l’adresse http://www.un.org/en/oaj/files/undt/judgments/undt-2016-094.pdf
La traduction des derniers paragraphes du tribunal est ainsi libellée: « Tout au long de l’histoire de cette affaire, Mme Boly s’est comportée avec mépris des règles et règlements de l'Organisation et normes de base du professionnalisme », souligne le document.

La désormais ministre de la Transparence est décrite comme ayant été « une intimidatrice flagrante » lorsqu’elle était gestionnaire ayant montré une indifférence implacable face aux conséquences de ses actes sur le milieu de travail où était affectée l’employée qui a porté plainte. « Elle s’est comportée de la manière la plus indigne d’un fonctionnaire international, faisant preuve à la fois de mépris et d’impunité à l’égard de l’autorité du Tribunal », poursuit le document.

Le Tribunal qui a statué sur le dossier a décidé du renvoi de Safia Boly au Secrétaire général conformément à la disposition de l'article 10.8 du Statut de l’ONU en la matière. « Outre l’indemnité accordée au requérant, le Tribunal ordonne au Greffe d'envoyer une copie de cet arrêt au Secrétaire général et au Secrétaire général adjoint à l’appui aux missions, afin que leur attention soit attirée sur la conduite du fonctionnaire dont ils ont la charge », indique le document.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here