Sécurisation et entreposage des armes et munitions: Le CNLPAL et le PNUD se donnent la main pour former un personnel adapté

17

La Commission Nationale de Lutte contre la prolifération des armes légères(CNPAL), en collaboration avec le PNUD, a organisé un atelier régional CEDEAO-UE à l’intention des forces de sécurité, Douanes et Eaux et forêts sur les techniques de collectes, et d’entreposage des armes et munitions de certaines régions du Mali.

Cet atelier était présidé, par le colonel Nema Sagara, représentante de la commission permanente de lutte contre les armes légères au Mali, Aly Fofana, coordinateur du projet et Boubacar Koulibaly, représentant du PNUD. C’était à l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Beye, le 12 septembre 2018.

Les armes pullulent dans les régions du nord, du centre et mêmes au sud du Mali. Pour diminuer et sinon mettre fin aux assassinats ciblés, aux tueries, aux attaques des populations elles mêmes et souvent d’individus ou de groupes armés contre d’autres, le PNUD vient d’appuyer la commission nationale de lutte contre les armes légères pour former des hommes et des femmes capables de débarrasser le pays de ces armes et munitions qui continuent à faire des orphelins.

Le colonel Nema Sagara, beaucoup connu sur le terrain, est aujourd’hui en charge de cette question de récupération des armes. Elle a signifié sa présence d’abord au ministère de la sécurité mais aussi à l’Ecole Alioune Blondin Beye pour exhorter ces hommes et ces femmes à plus d’assiduité et de rigueur ; car pour elle, cette formation demande plus de sérieux vu la tâche qui sera effectuée sur le terrain.

Selon elle, cette formation de ces hommes et ces femmes aux techniques de collecte et d’entreposage a également pour objectif d’assurer une transition vers une autonomie. Alors ceux ou celles qui seront formées seront les maîtres formateurs pour d’autres. Elle a indiqué que ces agents seront des gestionnaires, capables de manipuler les armes et capables de mener des actions de sensibilisation à l’endroit des populations sur le terrain.

Non seulement ceux qui seront formés, seront dans les régions du Nord mais aussi du centre et mêmes au sud pour tracer et marquer les armes et les sécuriser, a fait savoir le colonel Nema Sagara. Pour sa part, le représentant du PNUD dira que les hommes formés seront désormais des relais indiqués pour récupérer les armes à Mopti, Sevaré et Sikasso et ce sont eux seuls qui assureront leurs transport jusqu’à destination

Fakara Faïnké

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here