La vie après carrière : Que fait aujourd’hui Frédéric Kanouté ?

11

La chose la plus difficile quand on est footballeur professionnel c’est de devoir renoncer au football. Il arrivera certainement un moment où c’est le corps lui même qui refusera d’obéir et l’on se voit contraint de céder et de tirer sa révérence. Les champions du ballon rond sont unanimes, devoir se retirer des pelouses et passer à autre chose est une épreuve très pénible. Si certains ont parfois du mal à trouver un équilibre entre leur vie d’avant et d’après football, ce n’est pas de cas de Frédéric Kanouté. Après une brillante carrière, le malien vit aujourd’hui une très noble reconversion.

Frédéric Kanouté a fait les beaux joueurs du FC Seville, club avec lequel il a joué sept saisons et marqué 135 buts. Vainqueur de la coupe de l’UEFA et la coupe du roi à deux reprises, il a aussi remporté la supercoupe d’Epsagne ainsi que la supercoupe d’Europe. Il est à ce jour le premier et le seul joueur né hors d’Afrique à remporter le ballon d’or africain. Sa renommée, Kanouté ne la doit pas qu’à ses prouesses sur le terrain. C’est avant tout et surtout un homme avec un cœur en or impliqué dans plusieurs œuvres caritatives.

Reconverti en Islam à l’âge de 20 ans, Le joueur franco-malien est connu et respecté pour son attachement à ses valeurs humaines et son engagement humanitaire. Déjà en 2007, il versa une somme très généreuse pour sauver une mosquée sur le point de fermer à Séville. Depuis qu’il a pris sa retraite en 2013, Frédéric Kanouté est resté sur la lignée de sa conduite exemplaire et de ses actions de très grande classe. Il a fondé la Kanouté Football Academy à Dubai et le village d’enfance Sakina au Mali. Selon lui tous les enfants du monde ont besoin d’amour, de soins et d’attention et tant qu’il lui reste un souffle de vie, il ne cessera jamais d’ouvrer dans ce sens. Une noble cause qui lui tient très à cœur et c’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles, il est aujourd’hui un des ambassadeurs du football malien.
A travers des valeurs telles que l’éducation , la famille et la foi, Kanouté a changé la vie de pas mal d’enfants avec son centre de formation et son village pour orphelins. « Quand j’ai pris ma retraite, je suis venu m’installer à Dubaï où j’ai créé la Kanouté Football Academy (« Kafo Academy »). Le football est extrêmement populaire ici, mais encore en plein développement. J’adore travailler avec les enfants et les jeunes en général, c’était donc le lieu idéal pour moi. Nous avons commencé il y a quatre ans et nous entraînons environ deux cents enfants âgés de cinq à quinze ans. Je vis une expérience extrêmement enrichissante avec tous ces enfants d’horizons différents, qui apprennent et progressent ensemble.«

Du social à un rêve d’entraîner …

Parallèlement à ses actions sociales, Kanouté espère également devenir entraîneur, histoire de ne pas s’éloigner de ce qu’il aime le plus, le football. Même si pour l’heure, ce n’est pas d’actualité, il passe tranquillement ses diplômes et attend son heure. Fort de son aura, Kanouté (23 buts avec les Aigles du Mali) ne veut cependant pas brûler les étapes. Il a d’ailleurs décliner l’offre de la fédération malienne qui lui proposerait de reprendre les rennes de l’équipe nationale après la démission d’Alain Giresse. Kanouté a néanmoins accepté de retourner en Andalousie pour coacher l’une des équipes jeunes de son ancien club, le FC Séville.

Homme de foi et généreux dans l’âme, Frédéric Kanouté met toute sa richesse et son énergie au service des plus démunis. De son village natal à Dubai, il côtoient tous les jours des centaines d’enfants, d’horizons différents qui grâce à lui peuvent aujourd’hui aspirer à des conditions de vie descentes et à se mettre à rêver. Comme il aime à le rappeler la foi n’est pas seulement dans notre cœur, elle nous anime, nous devons lui donner corps par nos actions, et elle ne doit pas seulement nous servir à nous, mais aussi aux gens qui nous entourent. Kanouté a été un joueur exemplaire à tous les niveaux et aujourd’hui, il demeure incontestablement une des meilleurs références qui soit.

Ghaly Wane

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here