Mali: une manifestation dispersée à la veille de l’investiture d’IBK

4

Bamako, 21 sept 2018 (AFP) - Une manifestation interdite de l’opposition au
Mali a été dispersée à coup de gaz lacrymogène vendredi à Bamako, à la veille
de la célébration du 58e anniversaire de l’indépendance du pays et de
l’investiture du président réélu Ibrahim Boubacar Keïta, à laquelle
assisteront de nombreux dirigeants africains.
Les partisans du chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé, qui ne
reconnaît pas sa défaite lors du scrutin du mois d’août, avaient prévu de
converger vers le centre-ville, d’y passer la nuit puis de manifester en marge
des cérémonies organisées samedi.
Des échauffourées ont éclaté entre ces manifestants, dont certains
brandissaient des affiches "IBK dégage", et les forces de l’ordre à l’un des
points de rassemblement, dans la Commune IV de Bamako, a constaté un
correspondant de l’AFP.
Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogène, tandis que les
manifestants mettaient le feu à des pneus, selon ce correspondant.
"Au moins une personne" a été interpellée "pour besoin d’enquête", selon
une source policière.
"La marche est interdite, rentrez chez vous", a lancé un policier aux
journalistes qui se dirigeaient vers la Bourse du travail, dans le centre de
la capitale, où les manifestants avaient prévu de se réunir.
Le gouverneur de Bamako avait retoqué la demande d’autorisation de
manifester vendredi "en raison des événements du 22 septembre 2018, fête de
l’indépendance de notre pays", selon un courrier adressé au directeur de
campagne de Soumaïla Cissé dont l’AFP a obtenu une copie.
Les présidents du Ghana, de Côte d’Ivoire, du Niger, du Congo ou encore du
Tchad sont arrivés vendredi à Bamako, où ils doivent assister samedi matin à
un défilé militaire et à une cérémonie marquant le début du second mandat
d’Ibrahim Boubacar Keïta, qui a prêté serment le 4 septembre, après la
validation de la réélection par la Cour constitutionnelle.
La France sera représentée par son ministre des Affaires étrangères,
Jean-Yves Le Drian, qui a jugé dans une interview au journal Le Monde à
paraître samedi de "bon augure" les projets du gouvernement malien pour
rétablir la stabilité du pays, toujours confronté à la violence jihadiste
malgré plus de cinq années d’intervention militaires étrangères.
sd/siu/sba

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here